Retour au numéro
Le Jaguar, engin blindé de reconnaissance et de combat
Vue 109 fois
01 mars 2020

L'innovation au service de l'armement terrestre

Dans un contexte de renforcement des menaces et du retour potentiel du combat de « haute intensité », la supériorité opérationnelle de l’armée de terre doit être garantie. Cette supériorité est en partie assurée par les systèmes terrestres qui se doivent alors d’intégrer les meilleures innovations au meilleur moment : le soldat doit en effet toujours pouvoir pleinement agir, notamment en matière de puissance de feu et de commandement.


L’armement terrestre, un domaine technologique de pointe

Contrairement à certaines idées reçues, l’armement terrestre est un domaine technologique de pointe. Nexter, en tant que maître d’œuvre, conçoit, développe, fabrique et soutien des systèmes de combat dont la complexité technique n’a rien à envier à une frégate ou un avion de chasse.

À titre d’exemple, d’un point de vue fonctionnel et à masse égale, les deux systèmes d’arme – Rafale et Jaguar - sont aussi complexes l’un que l’autre. Leur mise en œuvre nécessite d’ailleurs des formations longues et des interfaces homme-systèmes adaptées à la typologie des utilisateurs.

Le terrestre présente en outre des caractéristiques dimensionnantes :

  • Le milieu : le milieu terrestre est hétérogène, très varié et les systèmes sont soumis à rude épreuve (parmi les plus contraignantes on trouve le souffle des explosions, la ferraille du champ de bataille, l’exposition quasi-permanente à des conditions météo adverses, etc.). Le milieu fait peser une menace omnidirectionnelle, en particulier en zone urbaine.
  • Les distances d’engagement : l’hétérogénéité du milieu conduit à des distances d’engagement majoritairement beaucoup plus courtes qu’en combat aérien où l'interception à longue distance (Beyond visual range) est privilégiée. L’équipage du Jaguar est en mesure de voir sa cible…mais la réciproque est vraie. Si les vitesses d’évolution sont moindres, les temps de réaction demeurent très courts (pour mémoire, une flèche de char est hypervéloce – Mach 5). Milieu et distances requièrent ainsi de protéger fortement le véhicule.
  • La durée : un Jaguar doit rester sur le terrain pendant des jours avec une maintenance minimale.
  • L’intégration : sur le Jaguar, la tourelle porte l’essentiel du système de combat sur une surface utile d’environ 3 m x 3 m. Il en résulte un très haut niveau d’intégration.

 

Jaguar.

Le Jaguar avec son système de combat intégré dans la tourelle

Bien évidemment, cette complexité technologique doit être au service de l’utilisateur et ne pas l’entraver dans son action. Nexter apporte un soin particulier au traitement des informations, à l’aide à la décision et à l’interface homme – machine de manière à lui donner la supériorité opérationnelle sur le terrain sous le stress du combat.

Enfin, les systèmes d’armes reposent de plus en plus sur des architectures ouvertes et modulaires afin de faciliter l’intégration ultérieure des innovations apportant une réelle plus-value opérationnelle.

Un écosystème dynamique, terrain fertile pour l’innovation

Nexter est depuis plusieurs années déjà au cœur d’un écosystème varié propice à l’innovation. Des relations privilégiées basées sur la confiance mutuelle ont été établies avec des organismes comme le CEA, l’Institut Saint-Louis, des écoles d’ingénieurs, des start-ups, des PME. La création récente de l’Agence de l’Innovation de Défense, la naissance du label GENERATE au sein du GICAT, la mise en place mi-2019 du Battle Lab Terre ainsi que la création de la Direction de l’Innovation et de la Transformation Digitale au sein de Nexter, pour ne citer que ceux-là, viennent renforcer cet écosystème pour le rendre encore plus dynamique et favoriser davantage l’innovation collaborative.

Citons quelques exemples concrets de collaboration mutuellement fructueuse : l’intégration du dispositif d’Internest sur le véhicule augmenté afin de permettre l’atterrissage automatique d’un drone captif dans son caisson situé sur le toit du véhicule. Le soutien de la société NUMALIS, titulaire du RAPID CALVINN relatif à la certification de réseaux de neurones.

Bien évidemment, cet écosystème s’étend progressivement au-delà de nos frontières, en Europe tout particulièrement. Nexter et KMW, au sein de KNDS, constituent un élément majeur de la construction de l’Europe de la Défense, engagés en particulier dans le projet Main Ground Combat System (MGCS). Les travaux qui seront conduits dans le cadre des dispositifs de type EDIDP puis FED permettront également l’innovation collaborative entre acteurs européens.

Cette dynamique d’ensemble constitue un terrain fertile pour l’innovation au service de l’armement terrestre et permet de préparer dès maintenant l’action terrestre future qui mêlera sur le champ de bataille, des véhicules habités, des véhicules inhabités et des fantassins augmentés.

Scénario pour le combat du futur

Réussir le passage à l’échelle

L’insertion des innovations dans les programmes d’armement reste cependant un véritable challenge. En effet, ces programmes qui s’inscrivent dans le temps long n’étaient en général pas construits de manière à permettre aisément d’intégrer les dernières avancées technologiques dans les systèmes d’armes. La nouvelle approche adoptée sur le programme Scorpion et qui consiste à faire évoluer les systèmes d’armes par incréments successifs plutôt que d’attendre la rénovation à mi-vie est déjà une avancée significative de ce point de vue. L’instruction ministérielle 1618 qui vise à favoriser, d’une part, le travail collaboratif entre les Forces, la DGA et les industriels et d’autre part, la méthode agile, lors de l’élaboration d’un nouveau programme d’armement, constitue un cadre favorable pour l’insertion des innovations dans les systèmes d’armes. Le terrain est donc préparé mais il reste cependant à surmonter un obstacle de taille, la culture du risque. Pas d’innovations sans prise de risque. Les programmes d’armement doivent par conséquent être construits en intégrant cette part de risque qui doit être acceptée par toutes les parties prenantes (Forces, DGA, industriels). En ce sens, les dispositions décrites au chapitre 4 du Document d’Orientation de l’Innovation de Défense publié par l’Agence de l’Innovation de Défense devraient permettre d’installer progressivement cette culture au sein de la communauté de Défense.

Autre élément clé nécessaire à un passage à l’échelle réussi, l’implication suffisamment tôt du maître d’œuvre industriel dans le processus, de manière à apporter les meilleures garanties de l’intégrabilité des innovations dans les systèmes d’armes.

La supériorité opérationnelle de l’armée de terre passe notamment par des systèmes de combat terrestres performants intégrant de facto les dernières innovations. Les conditions permettant de créer ces innovations sont de plus en plus favorables même si les moyens qui y sont consacrés, pour le terrestre notamment, restent trop modestes au regard de la haute technologie embarquée dans les systèmes. Enfin, le passage à l’échelle reste un véritable défi que nous ne pourrons relever que collectivement.

    
Alexis Mabile, Directeur de l'innovation et de la transformation digitale, Nexter
 
Ingénieur et diplômé de l’IAE, Alexis Mabile commence sa carrière chez Dassault Electronique dans les systèmes de guerre électronique navals (France et export). En 1999, il rejoint Giat Industries et occupe différents postes principalement autour du char Leclerc. Il prend la Direction de Digital Global Solutions en mars 2017 puis est nommé Directeur de l’Innovation et de la Transformation Digitale du Groupe en juin 2019. 
 

 

Auteurs

Alexis Mabile
Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.