Retour au numéro
MBDA, groupe européen concepteur et producteur de missiles et de systèmes de missiles.
Vue 119 fois
01 octobre 2016

MBDA, UN ACTEUR DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE ET EUROPÉENNE

Un Groupe à dimension européenne et mondiale pour mieux servir les intérêts de ses clients nationaux.


Que représente le Groupe MBDA ?

Créé en 2001, MBDA est aujourd’hui un acteur global dans le domaine des missiles et des systèmes de missiles : c’est le numéro un européen en la matière. Le groupe traite tous les marchés accessibles à l’export, il dispose en interne de technologies clés, il a un accès garanti à celles dont il ne dispose pas et dont il a besoin. Avec plus de 10 000 employés en France, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne et Espagne et maintenant 4 Md€ de chiffre d’affaires, MBDA détient plus de 20 % du marché mondial dans son domaine. MBDA représente la seule alternative européenne face aux acteurs américains et demain, face aux nouveaux entrants (Chine, Inde…), car pour être compétitif, la seule possibilité réside dans la coopération européenne. La filière missilière est l’un des seuls domaines de la défense où l’Europe a un champion de la taille des plus grandes compagnies américaines.

 

 

MBDA est le seul acteur global européen capable de concevoir et de produire des missiles et systèmes de missiles pour répondre à toute la gamme des besoins opérationnels présents et futurs des trois armées (terre, marine et air).

 

À quoi cette « puissance de feu » sert-elle ? La finalité d’un Groupe de défense comme MBDA est de fournir aux forces de ses pays domestiques les capacités militaires décisives nécessaires à leur autonomie stratégique : autonomie d’appréciation, autonomie de décision et liberté d’action.

À ce titre, MBDA considère qu’il a une responsabilité toute particulière : l’Industrie de Défense fait partie intégrante de la communauté de défense d’une nation et est un contributeur clé à leur autonomie stratégique. En fournissant à nos États une maîtrise et un accès sécurisé aux capacités militaires essentielles, nous participons pleinement à la défense nationale et nous soutenons leur politique internationale sur les théâtres d’opérations extérieurs.

En particulier, en tant que responsable de la composante nucléaire aéroportée, arme stratégique de souveraineté par excellence, MBDA se doit de se maintenir au meilleur niveau technologique. Ainsi, d’importantes études technologiques sur des vecteurs futurs sont actuellement menées en association avec l’ONERA afin d’être en mesure de renouveler cette composante lorsque la France le décidera, le cas échéant.

 

 

ASMP-A sous Rafale.

 

Pourquoi un Groupe multinational ?

Le Groupe MBDA est construit à partir de pays Européens qui ont la possibilité et la volonté de s’appuyer sur des ressources communes pour pérenniser les capacités critiques dans ce domaine qui leur assurent la souveraineté des décisions en matière militaire. Cette pluri-nationalité donne à MBDA la possibilité de proposer à ses forces armées nationales des offres de développement de nouveaux programmes en coopération européenne, en s’appuyant sur une organisation industrielle optimisée entre les différents pays partenaires. Elle lui donne également l’envergure nécessaire pour se mesurer à l’export à ses adversaires commerciaux sur un marché de plus en plus contraint par des budgets nationaux.

 

Comment concilier programmes de souveraineté et programmes en coopération ?

En comparaison des programmes nationaux, les programmes en coopération offrent plusieurs avantages tant sur le plan opérationnel, en maximisant les capacités et en jouant dans le sens d’une plus grande interopérabilité, qu’économique, par les effets d’échelle engendrés et la minimisation des coûts et des risques notamment dans la phase de R&D.

L’expérience éprouvée de MBDA en la matière démontre qu’une coopération programmatique peut déboucher sur des missiles très performants en respectant les coûts et délais (Scalp, Meteor…). Ce résultat suppose néanmoins les principes suivants : une véritable harmonisation des besoins opérationnels en résistant à la tentation de sur-spécifier ou d’additionner les besoins ; un maître d’œuvre industriel unique en charge de la conduite du programme ; une approche industrielle capitalisant sur les synergies existantes et limitant les duplications.

 

 

Scalp et MdCN en atelier.

 

En matière de systèmes de missiles relevant du domaine de la souveraineté, l’enjeu principal pour MBDA est aujourd’hui de consolider sur le long terme l’autonomie franco-britannique dans la capacité de frappe dans la profondeur. Les missiles de croisière sont en outre des discriminants essentiels au sein des coalitions internationales. Leur rôle est déterminant dans les opérations extérieures et caractérisent l’aptitude à « entrer en premier ». Le succès du Scalp-EG / Storm Shadow tout autant que l’importance des budgets qui seront nécessaires pour développer les nouvelles générations placent naturellement la frappe dans la profondeur dans un cadre de coopération, au minimum franco-britannique. Les enjeux sont d’autant plus critiques que le projet « Futur Missile Anti-Navire/Futur Missile de Croisière », qui reste à affermir, est destiné à succéder à long terme aux missiles de surface, antinavires et de frappe contre la terre qui devront percer des défenses d’anti-accès de plus en plus performantes.

 

Un Groupe qui continue à évoluer pour faire face aux contraintes budgétaires étatiques : Centres d’excellence et dépendance mutuelle

Le Traité de Lancaster House en matière de défense et de sécurité qui a été signé en novembre 2010 a renforcé la coopération militaire entre la France et le Royaume-Uni sur une base strictement bilatérale.

Ce traité couvre dix domaines prioritaires et comprend un accord visant à renforcer la coopération et à maîtriser la dépense publique dans le secteur des armes complexes français et britannique.

Depuis 2014, nous sommes entrés dans la phase de spécialisation industrielle, les duplications techniques et industrielles sont progressivement supprimées pour mettre en avant le principe de dépendances mutuelles équilibrées, mises en œuvre au travers de la démarche « One MBDA », étape nécessaire à une mutualisation des efforts et des ressources des gouvernements français et britannique.

« One MBDA » s’appuie sur les piliers suivants : un niveau d’ambition et une politique de défense très similaires, l’acceptation d’une dépendance mutuelle et de ses implications opérationnelles et juridiques, une gouvernance commune sur le long terme, un équilibre des budgets alloués par les deux partenaires étatiques et la volonté de maximisation des programmes en coopération.

Cette évolution, qui se traduit concrètement par le regroupement au sein d’équipes appelées « Centres d’excellence » des compétences et des moyens de MBDA en France et au Royaume-Uni, n’est pas anodine. Elle implique un changement profond de la façon de travailler au sein des équipes MBDA, de part et d’autre de la Manche, mais aussi dans les différentes entités opérationnelles concernées. Conscients de l’enjeu politique et budgétaire de cette évolution majeure, les gouvernements des deux pays s’organisent pour faciliter cette nouvelle organisation, qui implique des échanges quotidiens de données et d’équipements de défense entre les équipes britanniques et françaises. Un accord intergouvernemental spécifique, ratifié par le Parlement britannique et en phase finale de ratification par le Parlement français permettra d’alléger, dans un cadre maîtrisé, les obstacles à ces échanges sensibles que représentent le contrôle des exportations et la protection des données « nationales », en créant des licences globales « spécialement conçues » et en étendant au maximum la notion de « Special France/Royaume-Uni ».

On voit donc que la notion de souveraineté, qui est bien comprise au sens national, s’étend également aujourd’hui de façon très significative politiquement à des enjeux bilatéraux, voire ensuite à l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.

 

Définition MBDA : « Souveraineté : Se rapporte à un pays qui dispose au plan national de la capacité industrielle ou gouvernementale nécessaire, et notamment des technologies, des compétences et des ressources nécessaires pour pouvoir répondre à certaines exigences opérationnelles en toute indépendance. »

 

    
Anne Diaz de Tuesta, ICA, MBDA
 
Anne Diaz de Tuesta (X 1994, Supaéro) a rejoint en 2012 le Groupe MBDA pour y piloter la conformité au contrôle des exportations. Elle y exerce maintenant, depuis 2015, les fonctions de responsable Groupe « Business et Management de projet » des activités de soutien et de services.
 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.