Retour au numéro
Un DSI en pole position pour créer un site dédié aux pilotes de rallye
Vue 5 fois
29 octobre 2022

UN DSI EN PREMIÈRE LIGNE
QUAND LE S.I. EST SUR LE CHEMIN CRITIQUE DE LA CROISSANCE DE L’ENTREPRISE…

La mission confiée par mon Président peut être résumée en quelques mots : « Je veux devenir le premier courtier français à dimension européenne et internationale, tu dois me construire une informatique à la hauteur de cette ambition, tu as carte blanche, […] ». 


 

 Un projet SI : assurer les pilotes de Rallye

« L’herbe est verte entre les doigts de pieds du dinosaure … »

La créativité est donc dans l’ADN du courtier et s’appuie sur les expertises du groupe. Lorsque l’assureur estime que votre situation est trop spécifique ou que la perspective de « résultat technique » vous a désigné comme un assuré malchanceux, donc indésirable, le courtier vous trouvera la police adaptée : risques politiques, nucléaires, piraterie maritime, corps de navire, diamant, …

 

Exemple de créativité : 

certains commerciaux se rendirent compte que les rallyes automobiles avaient des obligations particulières en matière d’assurance et que les pilotes devaient produire un certificat 72h avant le rallye. Cela devint une nouvelle offre digitale B2C pour le rallye de Monte-Carlo : assurer en ligne pilote, co-pilote, véhicule, défense pénale. Après quelques sueurs froides, cela a donné le site www.rallyprotect.com.

Une grosse start-up avec un métier très exigeant

Le Président me donne aussi quelques indications souvent répétées au sein de l’entreprise :

-  « mieux vaut avancer dans le désordre que de reculer dans l’ordre »

-  « les processus sont faits pour nos grands concurrents anglo-saxons ». 

Il s’agit d’un fonctionnement de Start-up de 2000 collaborateurs, avec un métier très exigeant.

Le courtier généraliste Siaci Saint Honoré est surtout connu des grandes entreprises. Il intervient dans tous les risques de ses clients (dommages, responsabilité, automobile, transport, prévoyance, santé, retraite…). Il n’est pas simplement un intermédiaire d’assurance : la gestion de l’ensemble de cycle de vie des contrats est assurée : primes, cotisations, sinistres, actuariat, spécificités liées au courtage : reversements aux compagnies, gestion en multidevises, multi-pays, multi-assureurs, multi-réseaux… Il s’agit donc de prendre rapidement en main un système d’information vaste, complexe, hérité de l’époque où l’entreprise était une PME. Le système est historiquement géré par une banque, il faut aussi en reprendre le contrôle par un carve-out.

La société répond à de multiples appels d’offres très exigeants de clients en France et à l’international : grandes entreprises, organisations internationales… L’informatique fait souvent la différence : qualité de service, cybersécurité, protection des données, digitalisation des processus avec le client… La DSI doit délivrer des projets assez complexes et sécurisés dans des délais très contraints : 3 mois là où il faudrait un an pour réaliser un écosystème très complexe pour un nouveau client qui vient d’être gagné par exemple.

Délégataire des compagnies d’assurance, le courtier est soumis à un environnement réglementaire contraignant : surveillance par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), respect des directives européennes relatives à la distribution d’assurance (DDA), de la réglementation Sapin 2, lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme (LCBFT), protection des données personnelles (RGPD), des données de santé (HDS), référentiels audits et sécurité (ISO 27001, ISAE …), territorialité des données et normes spécifiques concernant les données de santé à l’international. Les chantiers de mise en conformité des SI sont à mener en parallèle et dans le cadre des projets.

La rentabilité des contrats nécessite en permanence une forte optimisation des charges. Le chiffre d’affaires d’un assureur est constitué par les primes. Celui d’un courtier est un pourcentage des primes (commissions), mais il doit gérer la masse des contrats comme un assureur. Le coût de l’IT représente chez un grand courtier entre 5 et 9% du chiffre d’affaires. Mais si l’on considère le volume des primes effectivement géré, il faut gérer avec moins de 1%.

Quelques années après, la start-up a grandi

Diot-Siaci est un groupe multi spécialiste de conseil et de courtage d’assurance et de réassurance leader en France et en Europe, et présent notamment en Asie, au Moyen Orient et en Afrique. Il conçoit et imagine des solutions innovantes et sur mesure pour ses clients Grandes Entreprises, ETI, PME-PMI et professionnels aussi bien en assurance de personnes qu’en assurance de biens et de responsabilité. L’objectif est d’accompagner les clients dans leurs transformations en répondant à leurs besoins sur toute la chaîne de valeur. Avec 5000 collaborateurs, le groupe exerce son activité dans le monde entier et totalise un chiffre d’affaires de près de 730 M€ en 2021. 

Le rôle d’éleveur dans une société de chasseurs

Il faut reconnaître que le désordre et la force commerciale résultant des principes du Président présentent une certaine vertu. En 2022 la société est le n°1 français et rivalise avec des géants anglosaxons tels que AON, Willis Tower Watson, Marsh, Cigna… De là à dire que le désordre est le creuset de la performance et de l’innovation… 

Les ingénieurs de l’armement sont réputés pour leur capacité d’adaptation à tout type d’environnement. La compétence de DSI s’acquiert par l’expérience avec des fondamentaux nécessaires dans toute entreprise : en autres, la qualité et la sécurité de fonctionnement du système, l’agilité dans les projets, l’adaptation aux aléas, la transformation digitale et des organisations, la maîtrise des coûts.

Dans une entreprise de taille intermédiaire en forte croissance, il faut gérer tout cela dans un mouvement brownien permanent. Les erreurs sont proscrites car l’entreprise ne dispose pas de marge pour les absorber.

Certains disent qu’un passage long par un secteur public réputé lourd est un handicap. Bien au contraire, les années passées à la DGA, complétées par l’expérience de postes de bon niveau dans le secteur public, permettent d’être directement employable dans une ETI privée en forte croissance. Je citerai quelques atouts pour les postes de DSI :

-  compréhension des métiers de l’entreprise : le dialogue avec les métiers, cultivé à tous les échelons, permet de mieux anticiper les besoins, aider à les exprimer plutôt que raisonner en termes de solutions. Le DSI doit être un caméléon au cœur des échanges au sein de la société : avec les patrons de BU, la direction générale, la direction financière, le marketing, etc. Le dialogue avec l’État-Major est une belle expérience formatrice pour l’ingénieur de l’armement.

-  souplesse : les priorités d’hier ne sont pas forcément celles d’aujourd’hui et de demain. Le matin, on ne retrouve pas la même entreprise que la veille au soir … Il faut accompagner cela, savoir lever le stylo sur un projet, le mettre en attente, revoir la planification des ressources, gérer la 

communication ; les postes de DSI du secteur public au ministère des finances et à la Cnam sont une expérience avec les politiques publiques changeantes.

-  esprit concret : c’est le plus difficile et le plus indispensable dans une ETI. Les équipes de faible effectif attendent du management un soutien fort sur les aspects techniques, des décisions rapides, une vision pragmatique. Notre curiosité d’ingénieur nous permet de garder le contact avec le terrain, de diagnostiquer les difficultés avec les équipes, de comprendre les mutations technologiques …

-  vision dans le moyen terme : certes l’horizon temporel d’une ETI n’est pas le même qu’à la DGA ou dans une grande entreprise. Notre culture permet de prendre de la hauteur quand il faut, anticiper les grandes mutations de l’entreprise, les évolutions technologiques, avec des ambitions cohérentes avec les ressources.

L’accompagnement de la forte croissance d’une entreprise de taille intermédiaire est sans doute un enjeu industriel majeur pour le pays et le SI est généralement très critique dans les transformations. Voilà une belle mission pour les ingénieurs de l’armement ! 

 

 Yves Buey, IGA

Yves Buey a réalisé un parcours de plus de 20 ans dans différents ministères. DSI du Trésor Public pendant 7 ans, il a rejoint la Cnam en 2010 pour exercer les fonctions de directeur délégué des systèmes d’information de l’Assurance maladie à la CNAM. En 2015 il rejoint le secteur privé chez un grand courtier généraliste en assurance, Siaci Saint honoré, entreprise française de taille intermédiaire (269 M€ de chiffre d’affaires), en tant que membre du directoire et directeur des systèmes d’information et de la digitalisation.

Auteur

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.