Retour au numéro
Vue 90 fois
01 mars 2020

Le MCO terrestre, innover pour faire face à la menace

L’Armée de Terre est engagée dans 4 opérations extérieures majeures (Barkhane au Sahel, Chammal en Irak, Daman au Liban, et en République centrafricaine), ainsi que sur un exercice majeur dans les pays baltes (LYNX), des opérations en Outre-mer (Harpie en Guyane), sur le territoire national (Vigipirate, Sentinelle et Cuirasse), et sans jamais exclure l’hypothèse d’un conflit de haute intensité. Variété de climats, variété d’adversaires, variété de missions soumettent soldats et équipements à rude épreuve. Les MCO-T innove, s’adapte et s’améliore en continu pour répondre aux exigences des opérations terrestres.


Une supply chain de haut niveau pour répondre aux exigences

La France a déployé 4500 soldats en bande sahélo-saharienne, avec plus de 3000 véhicules terrestres, dont il faut assurer la maintenance. Cette maintenance est rendue particulièrement essentielle compte tenu de l’abrasivité du terrain et des élongations entre les emprises. En Irak, la France a déployé deux task forces, en vue de former les forces spéciales Irakiennes (TF Narvik), et en vue de fournir un appui artillerie de 4 canons CAESAR (TF Wagram).

Une maintenance particulièrement délicate compte tenu des échelles.

Cela se traduit par la nécessité d’alimenter au juste besoin, au bon endroit, au bon moment les bonnes pièces (« On Time, In full ») pour effectuer les réparations souhaitées. Face à ces enjeux, et pour améliorer la supply chain terre, la SIMMT[1]a revu ses processus de distribution et d’appels de pièces, les a optimisé dans le cadre d’un chantier de modernisation piloté par l’EMA, puis les a automatisées avec des Robot Process Automation (RPA). Deux RPA sont opérationnels à la SIMMT (EMILO et LISA). Présentés à l’EMA, l’EMAT et à la DG NUM, ils seront mis en production opérationnelle le 2 janvier 2020.

Par ailleurs, la SIMMT a initié une étude afin de mettre en œuvre un outil de prévision des besoins en ressources, sorte de supply chain prévisionnelle. Dans le cadre de la modernisation du MCO-T, la SIMMT prépare la mise en place d’outils d’analyse dynamique (IA, machine learning) des données logistiques hétérogènes issues des différents SI (SIM@T, SIM@T ACHAT, SILRIA, CHORUS, CONCERTO...) et fichiers externes existants (EXCEL...) pour assurer :

  1. la prévision du besoin avec des modèles prédictifs reposant sur des approches probabilistes versus traditionnelles avec une capacité de calcul fréquent.
  2. l’optimisation du positionnement de la ressource (le bon rechange, au bon moment et bon endroit) ;
  3. l’optimisation de la distribution dont celle sous contraintes : les stocks, les régiments bénéficiant de priorité tactiques, les parcs bénéficiant de priorités techniques, etc. L’objectif est de satisfaire le client (IT à 100%) ;
  4. le pilotage de la chaîne logistique : « cockpit de pilotage multi-niveau » (maille centrale, régiment, atelier parcs, zone géographique...) pour le suivi, les prises de décisions, informations, compte rendu...au profit des acteurs ayant à en connaître sur le MCO-T.

La chaîne logistique terrestre applique l’amélioration continue, et développe de nombreuses innovations ou ruptures technologiques afin de remplir ses missions.

La Task Force Wagram, qui a fourni depuis 2016 un appui artillerie de 4 canons Caesar en Irak

La fabrication additive, un enjeu pour la réactivité du MCO-T

La fabrication additive est un sujet d’intérêt constant pour les acteurs du MCO-T, tant pour répondre à des besoins immédiats en soulageant la supply chain que pour traiter des problémes critiques d’obsolescence ayant un impact critique sur les approvisionnements.

Les écoles du matériel à Bourges (ECOMAT) ont mis en place un véritable laboratoire de développement de la fabrication additive, le « FABLAB ».

Parallèlement, la SIMMT a projeté en OPEX (théâtre BARKHANE), à titre expérimental, des imprimantes 3D à Gao au Mali depuis mai 2019 et au Tchad depuis novembre 2019. Plusieurs reconceptions de pièces ayant un fort taux d’attrition ont été menées, en partenariat avec ARQUUS et NEXTER.

En partenariat avec l’AID, une combinaison FA-Blockchain fera l’objet d’un test grandeur nature afin de garantir l’intégrité des dossiers de définition et de proposer un modèle économique de droit de tirage pour la production de pièces en OPEX.

La maintenance prévisionnelle pour piloter et anticiper

Les marchés de soutien en service (MSS) ont permis à la SIMMT d’engager les industriels sur une performance globale et de responsabiliser les industriels. A ce titre, la SIMMT a réussi à soutenir les CAESAR déployés en Irak et qui ont tiré quelques 12.000 obus !

Les imprimantes 3D sont d’un apport précieux pour le MCO terrestre

Néanmoins, face à des opérations de plus en plus abrasives et à fort rythme d’engagement opérationnel, le besoin d’anticipation est devenu essentiel pour le MCO-T.

En partenariat régulier avec l’agence de l’innovation de défense (AID), la SIMMT, le SMITer et le COM MF ont initié de vastes travaux de mise en œuvre de la maintenance prévisionnelle, ou a minima conditionnelle.

En janvier 2020, le parc FELIN sera géré en maintenance prévisionnelle grâce à un module d’intelligence artificielle financé par l’AID. Les camions PPT et les engins de combats VBCI ont été retenus comme cas d’usage pour le partenariat innovant ARTEMIS.

Bien entendu, les parcs SCORPION ont vocation à bénéficier de la maintenance prévisionnelle, et l’EVTA VERITE lancée par la DGA et l’EMAT a permis de démontrer que les ambitions SCORPION étaient étayées.

Enfin, les modèles prédictifs pourront être exploités dans les MSS, ainsi que dans les opérations d’armement (spécification) et exploités par les maintenanciers grâce au SI du MCO-T (SIM@T), déployé tant en métropole qu’en OPEX.

Un renforcement de la coordination avec les maîtrise d’œuvre : le concept du CO2I NG

Afin de répondre aux exigences opérationnelles, d’efficacité et de réactivité, le MCO-T a également initié des organisations innovantes, en créant par exemple le centre opérationnel interarmées et interservices (CO2I). Le CO2I est un « centre nodal », un plateau intégré mutualisé au profit des acteurs du MCO-T, un espace d’échange. Il est une zone d’accueil pour le commandement, les équipes de maintenance intégrées (EMI), la MICAM, les organismes externes (les maîtrises d’œuvre privées ou étatiques, le CSOA, la STAT, etc.) pour traiter (à chaud ou à froid) une problématique particulière devant faire appel aux différents acteurs internes et externes.

Il assure la coordination des actions (dans la mesure où elles ont été formalisées par les différents donneurs d’ordre, dont la division des parcs) de conduite du soutien à mener en OPEX, en OME (en appui et en coordination avec le COMMF) et sur le TN. Le CO2I ne se substitue pas aux différents acteurs du MCO relatif au milieu terrestre (ceux de la MOAd faisant de la conception et du pilotage et ceux des MOE étatiques et privées faisant de la conduite). Ainsi, le CO2I doit être en capacité d’accueillir de façon permanente ou ponctuelle, sous forme de détachement de liaison, les différents acteurs externes. Le CO2I est l’interlocuteur privilégié du CPCO, du CSOA, des EMOx, et des différents théâtres d’opérations extérieures.

Il est donc tourné vers deux champs d’action, au profit de l’ensemble des acteurs du MCO-T : l’expertise « OPEX » (mission « traditionnelle ») et la coordination basse de la mise en œuvre du MCO-T, soutenues par une offre en plateau.

Agile, réactif, le CO2I a fait la preuve de sa performance.

Conclusion

Face aux menaces et aux enjeux des opérations demandées aux armées, le MCO-T s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue, recherchant la performance tout en garantissant la résilience et la permanence. L’enjeu est important, mais comme le disait Napoléon Ier, «il n’est de si, il n’est de mais: il faut réussir » !

L’auteur remercie le colonel De l’Estoile, chef du CO2I, le colonel Mienville sous-directeur technique, l’ICETA David chef du bureau expertise, le Lcl Maximen et de Cdt Cauet du bureau Supply Chain.

 

[1] Structure intégrée du MCO du milieu terrestre

    
Walter Arnaud, ICA, Supply Chain Manager, SIMMT
 
Au cours de ses affectations, Walter Arnaud (ENSTA 97, doctorat en Télécoms en 2000) a servi dans le cadre des opération CHAMMAL (Irak), PAMIR (Afghanistan), DAMAN (Liban) ou LICORNE (Côte d’Ivoire) lors desquelles il a été témoin de l’importance du MCO pour la poursuite des opérations. Avant son affectation à la SIMMT, il était chef du département SYTER de 2015 à 2018. 
 

 

Auteur

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.