Retour au numéro
d’après l’oeuvre originale d’Emilie Tew Kaï / 300 ans d’hydrographie française ©Shom
Vue 34 fois
30 septembre 2020

300 ANS D’HYDROGRAPHIE FRANÇAISE
LE SHOM FÊTE SON ANNIVERSAIRE

Consciente de l’importance de disposer de relevés des traits de côtes et d’une bonne connaissance des océans pour améliorer les performances de la marine royale, la France s’est dotée dès 1720 d’un service à vocation hydrographique. Elle était le premier Etat au monde à se doter d’un tel service.


C’est le 19 novembre 1720 qu’est créé le Dépôt des cartes et plans de la marine. Un personnel destiné à assurer le fonctionnement de cet établissement y est mis en place, comprenant en particulier des ingénieurs – dessinateurs. Ceux-ci prenaient part à des opérations de levé sur le terrain, tout en participant aux travaux de confection des cartes qui étaient, en principe, la raison d’être du Dépôt de la marine. Le statut de ces ingénieurs évoluera pour donner naissance au corps des ingénieurs hydrographes de la Marine qui sera fusionné dans le corps de l’armement en janvier 1969.

Le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) fête donc ses 300 ans, en 2020.
Cette fête est l’occasion de diverses expositions et activités qui se sont déroulées (et se dérouleront) depuis le 19 novembre 2019 jusqu’à la fin de l’année 2020.

Exposition virtuelle

Une exposition au Géoroom de Saint-Mandé (94), dans un espace réservé de l’IGN, avait été programmée de février à juin 2020, et prolongée jusqu’au 28 août suite à la crise sanitaire.

Cette exposition a été complétée par une exposition virtuelle plus aisément accessible en ces temps troublés. Basée sur les éléments présentés au Géoroom, elle est proposée, gratuitement, pour permettre au plus grand nombre de découvrir, de chez soi, l’histoire de l’hydrographie française ; du Dépôt des cartes et plans de la marine créé en 1720 au SHOM qui en est l’héritier. Elle est articulée autour de 6 grandes thématiques dans une perspective historique couvrant plus de 300 ans :

  1. l’accompagnement hydrographique de l’exploration du monde ;
  2. la sécurité de la navigation ;
  3. les progrès des sciences et techniques ;
  4. la prévention des risques ;
  5. l’économie bleue ;
  6. le soutien à la Défense et aux opérations navales.

Largement illustrée d’images, de films, mais aussi de sons, cette exposition virtuelle propose de nombreux liens qui permettent d’explorer les différents domaines d’expertises du SHOM. L’exposition est accessible sur le site : www.shom.fr/fr/exposition-virtuelle.

Autres manifestations

D’autres manifestations auront également lieu au cours de l’année 2020. Elles sont consultables sur le site de l’exposition. Elles concernent :

une exposition au Service historique de la défense au château de Vincennes (94) ; le SHOM sera l’invité d’honneur du Service historique de la Défense lors des Journées européennes du patrimoine des 19 et 20 septembre 2020 ;

une journée d’étude au musée du quai Branly Jacques Chirac, sous le haut patronage de la ministre des Armées, Madame Florence Parly, le 19 novembre 2020 (accès libre dans la limite des places disponibles) ;

l’émission d’un bloc de timbres commémoratifs par La Poste le 25 mai, disponible à la vente pour une durée d’un an à partir du 8 juin 2020 ;

des publications :
• un livret d’accompagnement des expositions, rédigé par les commissaires de l’exposition (Gilles Bessero et Hélène Richard), éditions Locus Solus et SHOM ; cette monographie présente un résumé d’histoire technique et scientifique illustré de documents et schémas (64 pages), parution le 10 juillet 2020 ;

  • une bande dessinée dont le personnage principal sera Charles-François Beautemps-Beaupré, éditions Locus Solus, scénaristre Malo Durand et dessinateur Erwan Le Bot – à paraître à l’automne 2020 ;
  • un court métrage, Paré pour la sonde, de reconstitution historique d’un levé hydrographique au début des années 1800 ; il permet de comprendre comment on mesurait la profondeur de l’océan pour réaliser les cartes marines au temps de La Fayette – réalisation par l’ECPAD pour le SHOM avec le soutien de l’Amicale des hydrographes (Amhydro), de l’association Hermione – La Fayette et l’Ecole navale.

Auteurs

Daniel Jouan a effectué sa carrière à la DGA, d’abord dans des fonctions techniques au profit des programmes de dissuasion nucléaire (MSBS et Pluton), ensuite dans le suivi de l’activité industrielle de l’armement, et a quitté le service en 2005 après avoir été chargé de la gestion financière des études et recherches de défense. Voir les 8 autres publications de l'auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.