Retour au numéro
Vue 61 fois
01 octobre 2018

ECONOMIE NOUVELLE... ET GRATUITE
QUELS SONT LES RESSORTS QUI PERMETTENT D’OFFRIR LES SERVICES DONT NOUS PROFITONS TOUS ?

Publié par Fabrice WILTHIEN, PDG de Netanswer | N° 116 - Le numérique

Le digital n’a jamais été aussi présent et pesant que depuis 2-3 ans. Si le « deal » semblait clair ces dernières années sur ce qui profitait à qui, on a parfois l’impression aujourd'hui que l’étau se resserre autour de nous à chaque fois que nous souscrivons à un nouveau service ou une application bien utile ou simplement en surfant. Les publicités ciblées le font bien sentir, mais n’y aurait-il pas d’autres risques à venir ?


Quand cadre dans la banque, après être sorti de l’école, j’ai voulu me lancer dans le digital, j’ai d’abord été embauché dans une start up qui faisait du profiling (un ancêtre de Criteo, mais créé trop tôt, le marché n’étant pas prêt), puis j’ai créé NetAnswer pour développer l’annuaire en ligne que j’avais développé pour mon association des anciens à l’Ensae. J’avais l’idée que maîtriser la donnée allait permettre de développer son activité. Je ne pensais pas si bien dire...

Internet était alors un vaste monde qui offrait pleins d’opportunités, de facilités et qui fascinait et enthousiasmait. L’idée des entrepreneurs à l’époque, des premiers start-uppers était de permettre aux gens d’échanger, de leur faciliter la vie avec de nouveaux outils, de nouvelles solutions légères, simples et efficaces.

La bulle internet des années 2000 a ensuite permis aux gens de réaliser que ce réseau mondial n’était pas un éden merveilleux où toutes les idées étaient bonnes, mais que certaines devaient être jetées aux poubelles de l’histoire car sans lendemain.

Je pense qu’on va vivre prochainement une nouvelle bulle internet.

Internet gratuit ? Mythe ou réalité ?
Je ne pense pas que les internautes aient aujourd’hui réellement pris conscience de l’importance des données qu’ils laissent sur internet.

On est habitués depuis des années à avoir un internet gratuit... On a des mails gratuitement, on a un calendrier, on peut déposer des photos ou vidéos en ligne, partager ces contenus avec des amis, donner son avis, tout çà sans dépenser un sou !...

C’est comme si demain, vous alliez chez votre boulanger et que au lieu de payer 1,10€, il vous disait : c’est gratuit ! Vous allez au café à côté, le café est gratuit !

Vous trouveriez ça louche non ? Rappelez vous avant l’été le scandale et les batailles qu’il y avait eu dans un centre commercial où le Nutella était bradé... Vous imaginez l’émeute si le même distributeur annonçait demain que le Nutella était gratuit ?

Pourquoi ce qui est possible sur internet ne l’est pas dans le monde réel ? Tout simplement parce que la gratuité n’existe pas... C’est un argument marketing (excellent par ailleurs), mais qui est tout simplement faux. Rien n’est gratuit, c’est simplement que vous le payez autrement qu’en argent... C’est un troc. Dites-vous toujours que si un produit est gratuit « c’est que c’est vous le produit »....

Monétisation d’Internet

Quand Larry Page et Sergeï Brin ont créé Google, ils n’avaient pas idée du monstre qu’ils allaient créer. Ils ont inventé, sur

les bancs du MIT, un algorithme puissant permettant de simplifier les recherches. Leur algorithme était tellement puissant qu’ils ont rapidement ridiculisé les moteurs qui existaient alors, Yahoo et Altavista...

Et pour se rémunérer Google plaçait des publicités. Le deal était clair, et l’internaute prévenu, car il voyait clairement les publicités.

Là où ça devenait moins clair, c’est quand Google a inséré dans ses résultats des résultats sponsorisés, permettant à un site qui voulait avoir plus de visibilité de remonter dans les résultats par magie... Et là où ça s’est vraiment assombri, c’est quand Google, utilisant l’historique des critères de recherches utilisés et les résultats affichés et cliqués par les internautes, a pu prévoir pour un mot clé acheté combien il serait cliqué par les internautes sur une durée donnée, ce qui permettait alors de faire payer plus cher les mots clés sponsorisés...

Savez-vous par exemple que Google indexe le contenu des mails pour suggérer des publicités ciblées ?

Intelligence artificielle

Connaissez-vous le jeu de Go ? C’est un jeu très simple, mais en même temps d’une puissance folle. Même quand les meilleurs jeux d’échecs sur ordinateur battaient régulièrement les Kasparov ou Karpov d’alors, car ils pouvaient prévoir le meilleur mouvement avec 50 ou 60 coups d’avance, au Go, le nombre de coups dépassait la puissance de calcul de tout ordinateur... Cependant, en 2010, trois ingénieurs ont créé Deepmind, avec une technique appelée « l'apprentissage par renforcement », qui permet de s’enrichir lui-même d’actions et de l‘observation de la conséquence de ces actions. Alphago, son jeu de Go, est vide par défaut et donc du niveau d’un joueur de Go qui n’a jamais joué... On lui donne les règles, puis il génère des parties et les observe. Et en tire des leçons sur les meilleurs coups.

Un auto-apprentissage qui a créé un champion du monde : AlphaGo Zero

Il est en fait son propre professeur. Au bout de 3h d’apprentissage, il a appris les bases du Go et joue comme un débutant. Au bout de 19h il est d’un niveau de joueur national. Au bout de 3 jours d’apprentissage, AlphaGo Zero (la version d’AlphaGo de 2018) a sèchement battu 100 parties à 0, la version précédente d’AlphaGo qui avait elle même battu en 2016 Lee Sedol, le meilleur joueur au monde... Et après 21 jours d’entrainement, AlphaGo Zero a atteint le niveau d’AlphaGo Master, la version mise à jour d’AlphaGo de 2016 que les ingénieurs avaient continué à faire évoluer... et au bout de 40 jours il a affronté AlphaGo Master pour l’emporter 89 parties à 11.

« SI UN PRODUIT NUMÉRIQUE EST GRATUIT, DITES-VOUS QUE C’EST VOUS LE PRODUIT »

Puissance des données

Amazon, qui est maintenant un concurrent direct de tous les grands acteurs français de l’e-commerce s’est développé

depuis 20 ans maintenant sur la vente croisée. C’était amusant en effet quand en 2000, si on achetait un DVD, on se faisait proposer d’autres DVD « achetés par ceux qui avaient acheté celui que vous aviez choisi »... Sauf que Amazon depuis 20 ans s’est développé de façon considérable. Elle a dû stocker de telles quantités de données sur tous ses acheteurs et leurs achats, qu’elle a développé une technologie hors pair de stockage de données. Une technologie qu’elle revend maintenant... Qui sait que c’est AWS (Amazon Web Service, son service de Cloud Computing) qui porte la rentabilité du groupe ? En 2015 AWS fait 7% du CA du groupe Amazon pour 52% de sa rentabilité !

Et Amazon continue d’innover. Sans parler des drones qui livrent ou des Dash Button qui permettent de commander vos produits préférés d’une simple pression, Amazon teste aux US un supermarché ouvert où les acheteurs pourront aller, choisir les produits et sortir presque sans s’arrêter à la caisse. Comment est-ce possible ? Grâce à « rekognition », un puissant algorithme de reconnaissance faciale développé par... les ingénieurs d’Amazon. Accessoirement, Amazon collabore avec des services de police de l’Oregon, de l’Orlando,..., pour les équiper de ce système de reconnaissance faciale. Voici un bon exemple de serendipité : faire une découverte en faisant des recherches sur un autre sujet... Qui aurait pensé que la vente de livres sur internet amènerait à aider la police à mieux nous observer ?

Le point central de ces exemples, c’est toujours la donnée. Mieux vaut un mauvais algorithme avec beaucoup de données qu’un bon algorithme avec peu de données. Apple en a fait les frais en tentant de concurrencer Google Maps avec « Plans ». Essayez de chercher une rue ou un restaurant près de chez vous avec les deux solutions et vous verrez la puissance de l’expérience utilisateur de Google Maps.

Autre exemple, l’échec de Google + qui cherchait à concurrencer Facebook...

La guerre de la gratuité

La richesse des données n’est pas seulement une barrière à l’entrée pour tout nouvel acteur, elle est de surcroît une ouverture vers un univers des possibles inestimable en terme de réutilisation ou de revente, qui permet à un système en apparence gratuit de faire fructifier vos données pour gagner bien plus que ce que vous auriez payé pour avoir ce service.

Voilà bien pourquoi votre boulanger ne pourra jamais vous offrir gratuitement des croissants, et qu’il faut se méfier de ce qui est gratuit sur internet.

 

Auteur

Fabrice WILTHIEN, PDG de Netanswer

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.