Retour au numéro
Le PA-NG disposera d’un déplacement pratiquement double de son prédécesseur. Ses chaufferies ne peuvent plus être communes avec celles des SNLE comme c’était le cas pour le Charles de Gaulle.
Vue 170 fois
19 octobre 2023

DÉTACHÉ EN PROPULSION NUCLÉAIRE
TROIS ANS À TECHNICATOME POUR CONCEVOIR ET ASSEMBLER LES CHAUFFERIES

Le 8 décembre 2020, Emmanuel Macron annonce que le PA-NG sera doté d’une propulsion nucléaire. L’augmentation significative de la puissance des chaufferies par rapport à celles du Charles de Gaulle excède l’accroissement du volume alloué. Les développements qui en découlent sont une opportunité pour la formation technique d’un IA comme pour sa connaissance du partenaire qu’est TechnicAtome.


Servir l’État, dans l’industrie, de manière passionnée

« Servir la nation ». Répété en stage de formation humaine et militaire, le mot fait sens et « imprime ». Mûri pendant l’X au fil des échanges, il s’étoffe d’une passion pour les forces armées comme d’un goût prononcé pour l’État. La découverte de l’atome en cours à l’X détermine la suite. Alliant sens et passion, ce sera la propulsion nucléaire.

La découverte de la Marine Nationale, de ses personnels et d’un SNLE a été pour moi un tournant. Le contact avec la machine, l’exigence de la vie à bord et des contraintes opérationnelles, le cadre qui façonne les marins comme le dévouement qui les anime confortent un engagement dans la filière. Véritable attachement aux forces et aux navires, ces deux mois arriment l’ingénieur à sa mission pour les années à venir.

Plus en détail, la guerre sous-marine, le type de mission, les conditions d’exercice des différents postes sont des sujets d’échanges quotidiens à bord. L’appropriation des installations autres que la chaufferie (production et traitement de l’air, réfrigération, recalage de position, systèmes d’armes…) à l’image de ce qui est requis de chaque marin est l’occasion d’une ouverture unique sur d’autres sujets techniques. L’expérience vécue offre alors une perception concrète de notions telles que le cumul d’avaries, la gestion en temps réel de phénomènes incompris, ou le subtil équilibre entre rusticité et complexité technologique. L’exemple d’avaries successives sur plusieurs groupes de chasse rapide aux ballasts (capacités d’air sous pression pour faire surface rapidement en cas d’avarie) fut édifiant. Contre intuitivement, les débits d’air perdus augmentaient avec l’accroissement de la pression extérieure, perturbant la compréhension de ce qui se passait… La situation fut mise sous contrôle et permit la poursuite de la mission.

Se former techniquement ; apprendre un métier

Mon arrivée à TechnicAtome il y a un an offre une toute autre perspective. Le métier « fonctionnement général » (FG) est à l’intersection de nombreux domaines (neutronique, thermohydraulique, contrôle commande, sûreté…) et doit garantir la disponibilité de la chaufferie dans les conditions prévues par le Document Unique du Besoin (DUB). Au cœur du processus de conception industrielle, les études successives demandent de jongler entre l’utilisation de modèles complexes et les calculs d’ordres de grandeur couvrant des phénomènes incertains. Le quotidien n’est pas tant à la compréhension des grands phénomènes qu’au traitement de détails décelés par l’analyse sur simulateur ou anticipés grâce à la connaissance de la machine, des scénarios ou du retour d’expérience.

Un compromis permanent entre sûreté et disponibilité
Des échanges étroits sont menés entre métiers, en particulier entre le « Fonctionnement général » (FG) et la « Thermohydraulique et physique du combustible » (TPC), qui a pour mission de garantir la sûreté de la chaufferie dans les scénarios incidentels ou accidentels envisagés (défaillances multiples d’organes, brèches, dénoyage du cœur, ruptures d’éléments combustibles…). Un compromis sûreté/disponibilité est en permanence élaboré de concert entre métiers, affectant les marges retenues pour la validation de scénarios de conduites. Il impose des interactions très horizontales notamment pour s’assurer que les conditions d’études respectives sont cohérentes de part et d’autre ou pour vérifier l’impact réciproque de modifications.

Les études au FG sont conduites sur un simulateur dénommé SARIE. Ce dernier reproduit le fonctionnement d’une chaufferie entière en intégrant des données combustibles fournies par les neutroniciens qui sont couplées avec un code de thermohydraulique reproduisant les circuits du réacteur. S’ajoute également une importante partie de contrôle commande assurant les automatismes de pilotage et l’interface homme-machine. Le simulateur permet de jouer un nombre des scénarios de plus en plus complets à mesure qu’il s’étoffe. Il couvre ainsi les situations de navigation normales ou dégradées ainsi que certaines défaillances d’organes (arrêts de pompes, pertes d’alimentation électrique, perturbation de mécanismes de contrôle…). L’évolution de l’état de la chaufferie est suivie via les grandeurs physiques réelles ou telles que mesurées par les capteurs. Le développement du simulateur se fait en même temps que les études, ces dernières servant à confirmer les développements de fonctions de pilotage par le FG ainsi que les choix plus structurants venus d’autres métiers.

La version finale du simulateur servira à donner les fonctionnalités qui devront être implémentées par le service contrôle commande de la chaufferie. Une version finalisée du simulateur sera également transmise à la Marine pour la formation de ses opérateurs. Le simulateur SARIE est donc autant un livrable en développement qu’un outil de vérification du fonctionnement de la chaufferie et de sa cohérence en temps réel.

Au-delà de la connaissance technique du système, l’un des enjeux pour un IA en détachement est de saisir le volume de travail que requiert chaque étude. Il est aussi de mesurer toutes les ramifications qu’une modification d’un point de la chaufferie peut entraîner pour ses autres parties ou pour la conduite du projet. Le travail réalisé chez TechnicAtome est parsemé de solutions techniques approfondies avec enthousiasme dont certaines sont retenues, et d’autres non. Un état d’esprit ouvert aux innovations qui s’intègre dans une démarche de conception rigoureuse.

Connaître l’industriel pour préparer l’avenir

Le passage chez l’industriel est aussi une opportunité de vivre le fonctionnement d’une autre organisation que la DGA. Quel est son métier fondamental, comment est-elle structurée, comment parvient-elle à épanouir ses talents ? Quelles sont les relations avec ses partenaires, industriels ou étatiques ? Les réponses viennent progressivement, avec la fierté de livrer à la Marine une chaufferie des plus performantes.

Récemment, une amélioration tardive et importante dans le pompage primaire des chaufferies du PA-NG fut une occasion d’expérimenter le processus de décision interne, depuis les premières remarques étonnées sur un dimensionnement, jusqu’à la décision par le comité exécutif de valider le changement. Bel exemple de la gestion d’un grand projet qui ajoute aux complexités techniques les avis contradictoires d’experts et une nécessaire prudence.

Un autre regard : le chantier d’assemblage

La prolongation de mon affectation temporaire d’un an supplémentaire est prévue. J’y prendrai un poste en chantier à l’assemblage des Barracuda à Cherbourg : enjeux de co-activités et découverte d’industriels partenaires, approche des installations sous un autre angle, traitement de problèmes en urgence… Le suivi d’un calendrier d’assemblage et le traitement des aléas apportera un point de vue complémentaire, à la fois technique et pratique, pour la conduite d’un grand projet industriel.

J’espère au terme de cette période avoir acquis une expérience concrète au cœur de plusieurs grandes phases de la vie d’un navire. Conception, assemblage, essais, et de manière moindre, conduite opérationnelle au sein de la Marine, pour pouvoir apporter une contribution efficace au sein d’une équipe programme et créer de concert des chaufferies à à la hauteur des missions exigeantes de nos marins.

 

Photo de l auteur
Florent Tourolle, IA

Entré à l’X en 2017, il passe 66 jours sur le SNLE le Triomphant avant de rejoindre TechnicAtome en affectation temporaire pour premier poste. Il est affecté à la conception des chaufferies du PA-NG au sein du métier fonctionnement général en tant qu’ingénieur d’études.

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.