Retour au numéro
Vue 57 fois
30 septembre 2020

MURIEL LENGLIN
FEMME DE L’INDUSTRIE 2020

LA DIRECTRICE DE PROGRAMME NAVAL GROUP DU SNLE 3G EST LA LAURÉATE DU TROPHÉE DE LA FEMME DE L’INDUSTRIE DÉCERNÉ PAR L’USINE NOUVELLE

Le 22 septembre 2020, l’Usine Nouvelle a remis à Muriel le Trophée de la femme de l’industrie, en présence d’Agnès Pannier-Runacher, ministre Déléguée à l’industrie.


La CAIA : Peux-tu nous décrire ton parcours en quelques mots ?
Muriel Lenglin : Des sous-marins, j’en a vus depuis toute petite, en jouant aux Lego avec mon frère. Diplômée de l’X, de l’ENSTA et du MIT, issue du corps de l’armement, j’ai travaillé sur Le Terrible en tant qu’architecte naval en 2002 puis sur Le Barracuda en 2010 au sein de l’équipe de direction de programme. Aujourd’hui, je m’occupe du programme SNLE 3G et dirige une équipe de 400 personnes. Notre objectif est de démarrer la fabrication avec la découpe de la première tôle en 2023.

La CAIA : Tu as fait un break professionnel entre 2011 et 2015 aux Etats-Unis pour suivre ton mari, quels enseignements en tires-tu ?

ML : Ce break correspondait à une période où les enfants étaient petits, donc au niveau familial le timing était parfait. Comme d’une manière générale, les postes que l’on occupe nous amènent à passer beaucoup de temps au travail, ce type de parenthèse permet de se rappeler l’importance de la famille et de relativiser notre rapport au travail. Le fait de n’être pas défini uniquement par le poste qu’on occupe permet de gagner en confiance en soi et en résilience, dans les périodes où, parfois, notre environnement professionnel est plus contrasté.

Pendant cette période, en plus de m’occuper de mes enfants, par exemple en leur donnant des cours de français, j’ai passé une certification de management de projets. Cela m’a permis de continuer à développer ma culture dans ce domaine.

J’ai également participé à du job networking pour aider les expatriés français à trouver du travail, en organisant des petites conférences. Lorsque je suis revenue en France, je suis retournée au monde du travail. C’était de la direction de projet que je voulais faire. Le CGArm, la section carrière, toujours ouverte et disponible m’a bien aidée. Lorsqu’on m’a proposé de travailler sur SNLE 3G, je n’ai pas hésité ! Se diversifier est un atout, dans une époque où les parcours sont moins linéaires qu’auparavant et où nous allons travailler de plus en plus longtemps. En parallèle, diversifier son parcours, avec des périodes plus calmes que d’autres, permet également de trouver un équilibre global avec sa vie personnelle.

La CAIA : Quelles qualités, en tant qu’ingénieure, ont pu être valorisées par ce trophée ?

 

ML : Ce qui a été reconnu, je pense, c’est évidemment la complexité du produit (le SNLE 3G est, de ce point de vue, hors du commun).

Manager cette équipe est en enjeu majeur, qui s’inscrit dans la durée. J’ai un profil très orienté sous-marins et, en particulier, sur le management des projets associés à ces objets complexes. C’est l’aboutissement d’un engagement sur la durée, qui a été mis en valeur. Je suis en poste depuis 5 ans, là où souvent un turn-over s’exerce. Le passage de l’équipe projet de 100 personnes à 400 donne également une autre dimension du chemin parcours depuis ma prise de poste. Avec le passage de la phase de réalisation qui approche, je mesure toute l’évolution de ce poste.

La CAIA : Quel a été l’impact de la crise sur des équipes, dans un domaine où les échanges d’informations sont sécurisés ?

ML : C’était difficile car une équipe a besoin de se voir physiquement pour traiter un certain nombre de sujets (pas seulement pour le côté sécurisé mais pour la fluidité des échanges). On a réussi à tenir les grandes échéances de l’été mais, pour ce faire, nous nous sommes réorganisés. Il y a une partie importante de notre travail qui ne peut pas se faire en télétravail. Heureusement, nous avons pu reprendre assez rapidement tout en respectant les règles sanitaires, et nous avons travaillé par bordées. En phase d’étude, l’impact était moindre que sur les équipes de production, sur les autres projets. Nous avons utilisé les clés 4G et les solutions d’accès à distance, quand la confidentialité le permettait. Grâce à l’effort de tous on a réussi à tenir les principales échéances. Petit à petit, les solutions techniques se mettent en place et nous avons les compétences pour déployer des systèmes de communication sécurisée (niveau CD) avec la DGA prochainement. C’est sûr, côté SNLE3G, nous sommes prêts à entrer en phase de réalisation.

 

Auteurs

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.