Retour au numéro
Vue 78 fois
24 février 2021

LA SECTION CARRIERES DU CGARM
POUR VOUS SERVIR

Depuis février 2020, le CGARM et la DGA assurent conjointement la gouvernance du corps de l’Armement. Au-delà des traditionnelles et indispensables missions de conseil individuel et d’aide au rayonnement, la section Carrières du CGARM a reçu comme orientation de travailler sur la notoriété du corps, sur la stratégie de parcours professionnels à l’extérieur de la DGA, sur le recrutement et la formation des jeunes IA et de faire converger les intérêts de la DGA, du corps de l’armement, des ingénieurs en situation d’activité ou non et des partenaires du secteur de l’armement, voire au-delà : des missions renouvelées au service de tous.


La mission de la section Carrières du CGARM.

Certains ont connu la mission rayonnement, d’autres la section Carrières : qu’importe le nom, seul compte le service rendu au corps de l’Armement ainsi qu’aux ingénieurs de l’Armement. La mission de la section Carrières du CGARM est de permettre de faire converger les intérêts de la DGA, du corps de l’Armement, des ingénieurs en situation d’activité ou non et des partenaires du secteur de l’Armement, voire au-delà ; ce qui suppose en pratique d’accompagner les ingénieurs de l’Armement (IA) tout au long de leur carrière, de leur recrutement jusqu’à leur retraite. Qu’est-ce que cela signifie au juste ? Depuis le 26 février 2020, la gouvernance du corps de l’Armement est désormais conjointe entre le Délégué général pour l’Armement (DGA) et le vice-président du Conseil général de l’Armement (CGARM). Les missions ont ainsi été précisées et renouvelées, dans un dialogue plus étroit avec la DRH de la DGA. Le dernier conseil général, qui s’est tenu le 5 novembre 2020 sous la présidence de la ministre des armées, a précisé les attentes et les ambitions.

Faire connaître le corps de l’Armement.

Un constat s’impose : le corps de l’Armement est encore trop peu connu à l’extérieur. Il est pourtant composé d’un grand nombre d’ingénieurs de valeur, mais qui ne se mettent pas assez en avant. Il faut donc parler pour eux, les aider à évoluer, à parler d’eux, et ainsi démontrer les capacités des IA, en particulier dans la maitrise de projets très complexes, une compétence rare, très peu partagée dans la sphère étatique et très appréciée au-delà.

Certains IA sont peut-être déjà abonnés à la page LinkedIn du CGARM, laquelle a beaucoup évolué et qui compte à présent mille trois cents lecteurs, ce dont il faut se réjouir. Au-delà de cela, l’ambition est de développer des pages internet (ou intradef), qui mettront en valeur les actions de la section Carrières, et qui permettront un accès direct à tous les officiers des corps de l’Armement. Mais la communication a également une vocation externe, en particulier à destination des décideurs.

Un recrutement de qualité pour le corps de l’Armement.

Cette bonne visibilité est un élément essentiel à un recrutement de qualité. Là encore, il s’agit d’une action menée de façon conjointe avec la DRH de la DGA, que ce soit pour le recrutement à l’Ecole polytechnique ou dans d’autres écoles pour le recrutement sur titres. Le premier confinement a obligé à revoir toutes les méthodes de recrutement et à passer en mode virtuel, avec un impact plutôt positif, au vu du nombre de candidats qui ont déposé un dossier pour un recrutement sur titres. Il faut mettre en adéquation les envies des élèves, lesquelles ont bien changé au cours des années, et les besoins du corps. Et adapter les méthodes aux pratiques et compétences des étudiants, toujours très sollicités et connectés. Les défis en cours, qu’ils soient économiques, numériques, sécuritaires, sanitaires, environnementaux ou humains doivent être pris en compte dans la démarche de recrutement et ne sont en rien antinomiques avec les actions du secteur de l’Armement.

Recruter signifie en outre donner des perspectives de carrière, au sein de la DGA, mais aussi à l’extérieur de la DGA. D’où l’impératif de multiplier et de systématiser les contacts dans les ministères, établissements publics et entreprises, afin non seulement de mettre en valeur le corps mais aussi de repérer des postes clefs sur lesquels les IA pourraient déployer leurs compétences. L’identification du niveau de ces postes et des compétences associées est essentielle et ceci fait partie spécifiquement de la feuille de route de la section Carrières pour 2021. L’idéal est de pouvoir identifier des parcours professionnels types, non pas applicables de manière rigide, mais qui permettraient aux intéressés de se retrouver dans le dédale des fiches de postes publiées, en évitant des ratés qui pourraient être douloureux si le niveau du poste et celui du candidat ne sont pas en adéquation. Des « newsletters » mensuelles, petits déjeuners ou « afterworks » thématiques devront permettre de faire connaître ces opportunités et leurs contextes d’emploi.

La FAMIA, un creuset pour faire corps

La formation administrative et militaire des ingénieurs de l’Armement (FAMIA) est conçue en trois parties : une première période de huit semaines, en janvier et février, consacrée à des conférences de haut niveau, présentations, rencontres avec des représentants du ministère et des acteurs externes, visites de sites étatiques et industriels du secteur, déplacements internationaux (Bruxelles et Bonn), complétées par des ateliers de développement personnel et préparation au management, ainsi que la réalisation d’un projet en équipe ; Un stage opérationnel (dit stage OPS) d’immersion dans les forces armées, destiné à donner une véritable culture militaire aux jeunes ingénieurs ; Un embarquement de trois semaines sur la mission Jeanne d’Arc, à bord d’un bâtiment de projection et de commandement (BPC) de la Marine nationale, en commun avec des jeunes officiers d’autres corps. En 2021 la FAMIA accueille une nouvelle promotion de jeunes ingénieurs de l’Armement, polytechniciens et admis sur titres. Cette formation pourrait connaître des évolutions à partir de l’automne, en fonction des travaux menés dans le cadre des suites à la mission Thiriez, qui avait conclu à la nécessité de faire évoluer la formation des grands corps de l'Etat.

 

Mais aussi les missions traditionnelles

Toutes ces ambitions ne doivent pas occulter les missions traditionnelles : conseil de carrières, informations statutaires, simulations de retraite... La toute nouvelle gouvernance conjointe amène la section Carrières à notamment s’intéresser à des sujets inédits : notation, cotation des postes, potentiel, pour les IA qui sont en dehors du ministère2. Autant de sujets qui rendent encore plus indispensable de bien connaître les IA et leurs employeurs. Les entretiens sont pour cela un moment unique d’échange en confiance. Il faut aussi aller vers plus d’accompagnement et pouvoir proposer des bilans de compétences, étape importante lorsque l’IA envisage d’évoluer.

La section Carrières : six personnes à votre écoute !

La section Carrières du CGARM, c’est cinq personnes, autour de leur présidente, à votre écoute, cinq personnes qui partagent le même enthousiasme pour cette mission qui s’intéresse à l’humain.

  • Bertrand Delmas-Marsalet est plus particulièrement chargé des activités de notoriété, de gestion RH ;
  • Pierre Dauchy est plus particulièrement chargé des actions de recrutement et de formation, et de suivi individuel ;
  • Marc Maurer est en charge de notre indispensable base de données et l’un des meilleurs connaisseurs des aspects statutaires et des régimes de retraites, actuel et à venir ;
  • et enfin Sandra Campo, qui connait chaque IA, anime la section carrières, et bien au-delà l’ensemble des IA qui nous sollicitent.
  • La section Carrières bénéficie en outre de l’aide bienveillante de Jean-Paul Roves, adjoint transformation du Secrétaire général, dont la connaissance de l’international, des secteurs de la sécurité et du renseignement apporte un complément précieux.

Vous ne connaissez pas encore la section carrière du CGARM, vous l’avez oubliée ? Alors prenez vite contact (cgarm-carrieres.cds.fct@intradef. gouv.fr ou 01 76 64 87 17) : vous serez bien reçus !

    
Isabelle Tanchou IGA
Présidente de la section Carrières du CGARM Au cours de sa carrière, Isabelle Tanchou a développé ses compétences selon trois axes : - le nucléaire militaire et civil, - le domaine naval et maritime, - la formation et les compétences. Elle a toujours travaillé au service de l’Etat, à la DGA, dans d’autres minis- tères, ou dans des établissements de formation.
 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.