Retour au numéro
Vue 47 fois
06 juin 2023

SODERN, DES ÉTOILES* POUR TOUS
OU COMMENT LA DISSUASION BÉNÉFICIE DU MARCHÉ COMMERCIAL SUR UN ÉQUIPEMENT CRITIQUE…

Les viseurs d’étoiles sont des caméras qui permettent à leurs porteurs de s’orienter dans l’Espace en reconnaissant les étoiles dans la voûte céleste. Sodern est le leader mondial pour cette technologie très répandue dans le domaine spatial mais également utilisée sur le M51.


Le viseur d’étoiles Hydra sur étagère, produit par Sodern

Le viseur d’étoiles Hydra sur étagère, produit par Sodern

Historique : la dualité, du civil au militaire

Si l’Homme utilise les étoiles pour s’orienter depuis des millénaires, les premières applications modernes datent des années 1980, avec un système de pointage pour des instruments scientifiques installés par l’Agence spatiale européenne sur la navette spatiale américaine. Après plusieurs améliorations, Sodern développe dans les années 90 les premiers équipements pour l’ATV, le vaisseau cargo européen, et pour des missions d’observation de la Terre. Imaginés d’abord pour les besoins scientifiques, les viseurs d’étoiles sont assez vite classés comme biens double usage en raison de la performance qu’ils offrent pour géolocaliser les images des satellites d’observation. Au milieu des années 2000, Sodern lance le développement du premier viseur commercial, le SED26. C’est ce viseur qui servira de base au développement d’un viseur dédié au missile M51, permettant de tenir des délais de développements et de livraison courts malgré certaines adaptations liées aux contraintes spécifiques d’emploi (environnement mécanique, conditions de stockage, durcissement…).

La dualité des viseurs d’étoiles, c’est donc d’abord la militarisation d’une technologie civile. Le nouveau viseur du M51.3 reprend d’ailleurs également plusieurs éléments clé des viseurs commerciaux Hydra développé dans les années 2010, comme le détecteur, l’objectif, et une grande partie du logiciel.

Les bénéfices de la dualité

La dualité, qui constitue l’ADN historique de Sodern, est un modèle vertueux. Les contrats militaires permettent d’avoir une visibilité de long terme sur nos flux de développement de compétences, grâce en particulier à la planification des investissements de défense. Ces contrats de Défense nous poussent aussi à préparer des innovations technologiques majeures, à sécuriser nos approvisionnements et à concevoir des produits très fiables. Ce sont des éléments clés pour rassurer nos clients commerciaux à l’exportation dans le monde entier.

A l’inverse, les succès commerciaux de Sodern sur les viseurs d’étoiles spatiaux avec les produits Hydra et Auriga bénéficient également au Ministère des Armées. D’abord, parce que les marges réalisées par Sodern sur ces marchés sont largement réinvesties dans l’autofinancement de nouveaux produits ou de moyens industriels, ce qui contribue à limiter la dépendance aux financements de Défense. Ces succès sont aussi une assurance pour l’Etat que Sodern est une entreprise compétitive au meilleur niveau mondial. En effet, si le marché de la défense requiert des compétences très poussées, il évolue moins rapidement que le marché civil qui permet à Sodern de capter l’innovation et de proposer des ruptures technologiques majeures. Enfin, les viseurs du M51 ont traditionnellement réutilisé des composants ou des sous-ensembles de ces viseurs civils, permettant ainsi de dérisquer ces développements.

Voir les étoiles en plein jour

Le viseur diurne présenté cette année au salon SIAE Paris-Le Bourget constitue une rupture technologique et capacitaire. C’est une nouvelle déclinaison de la dualité des viseurs d’étoiles, avec un nouveau champ d’application dual pour cette évolution de technologie tirée aujourd’hui par la Défense. Ce viseur, capable de voir les étoiles de jour comme de nuit, s’adapte parfaitement aux difficultés des militaires déployés en théâtre d’opération, souvent confrontés aux brouillages des systèmes GPS, ainsi qu’aux besoins de tous types de porteurs. Le viseur diurne contourne ces aléas et propose une technologie fiable et inattaquable, au service de la souveraineté nationale. A terme, cette technologie permettra non seulement d’adresser des marchés export et de futurs débouchés civils. Afin d’accélérer ces perspectives et d’accompagner les efforts du Ministère des Armées, Sodern a autofinancé le développement d’un démonstrateur qui sera présenté lors du Bourget.

Un modèle qui n’est ni spontané, ni magique…

Les marchés civils ne permettent pas aux entreprises duales de se passer totalement du financement du ministère des Armées. Premièrement, les spécificités liées aux produits à usage militaire doivent être prises en compte : les viseurs du M51 doivent par exemple tenir des environnements très différents de ceux d’un viseur spatial, qu’il s’agisse du stockage, des chocs, des vibrations ou des rayonnements, conduisant à des solutions différentes : cavités étanches, suspensions mécaniques, etc. Un financement régulier est indispensable pour développer ou entretenir ces compétences spécifiques ; la logique d’incréments mise en place sur le M51 et les projets de technologies de défense sont de ce point de vue des leviers précieux. La dualité n’est pas une recette magique, elle doit être soutenue et accompagnée.

Le viseur d’étoiles Auriga, produit par Sodern

Le viseur d’étoiles Auriga, produit par Sodern

L’activité duale de Sodern sur les viseurs d’étoiles est la preuve que les innovations du New Space peuvent être déclinées dans le monde militaire. Elles participent pleinement au maintien d’une industrie de défense compétitive et souveraine, conformément aux objectifs fixés par la Loi de Programmation Militaire 2024-2030. Pour cela, le ministère des Armées peut apporter son savoir-faire en matière de politique industrielle pour accompagner les travaux menés par le Centre National d’Etudes Spatiales pour faire émerger des acteurs capables de percer au niveau international. Le CNES occupe un rôle incontournable d’accompagnement de ces acteurs industriels innovants à travers le financement, la formation et la promotion des entrepreneurs du spatial. A l’image des pépites civiles que l’Agence d’Innovation de Défense de la DGA identifie comme ayant un potentiel usage militaire, le CNES est une institution essentielle pour l’émergence des futurs acteurs innovants dans la dualité.

En 2020, Sodern a été sélectionnée par la NASA et l’ESA dans le cadre de la mission Mars Simple Return, grâce notamment aux efforts significatifs consentis par la France pour financer ce programme lors de la conférence ministérielle de l’ESA en 2019. Sodern développe actuellement une caméra de très haute performance qui permettra de détecter une capsule d’échantillons en orbite autour de Mars, à 3000km de distance. Ce projet permettra, avec d’autres initiatives financées dans le cadre de France 2030, de développer une nouvelle activité duale autour de caméras de détection d’intrus qui intéressera, à n’en pas douter, le Ministère des Armées…

Si le ministère des Armées et le CNES ont un rôle très important à jouer pour entretenir cette dualité, c’est in fine les choix stratégiques des dirigeants d’entreprises qui permettent de donner du corps à ce modèle plus exigeant à mettre en œuvre. Le succès du modèle dual de Sodern doit beaucoup au détachement historique d’ingénieurs généraux et d’ingénieurs en chef de l’armement à des postes clés de direction. Par nos parcours au sein de la Direction Générale de l’Armement, nous sommes en effet sensibles aux enjeux financiers du Ministère des armées et contribuons depuis l’industrie à l’effort de Défense.

(*) NDLR : en algèbre linéaire, l’étoile signifie l’espace dual, avis aux mathématiciens

Photo de l auteur
Franck Poirrier, IGA, PDG Sodern

Franck Poirrier a commencé sa carrière au sein de la Direction Générale de l’Armement. En 1995, il a pris la tête de l’activité spatiale de la DGA, dont il était chef de troupe « espace & satellites ». En 1998, il a rejoint le groupe Aérospatiale (devenu par la suite Aérospatiale-Matra) en tant que Directeur de l’activité lanceurs (spatiaux et balistiques). En 2000, il a été responsable de la réorganisation des actifs spatiaux du groupe EADS, puis nommé Secrétaire général d’EADS Space. En 2004, il a pris la tête de Sodern qu’il a réorganisé pour en faire un leader mondial dans ses domaines d’activité.

Photo de l auteur
Vincent Dedieu, ICA, Sodern

Après 10 ans à la DGA, Vincent Dedieu participe comme rapporteur pour la mission Fioraso visant à renforcer la compétitivité du secteur spatial français (2016). Il rejoint alors Sodern, une ETI réputée pour ses viseurs d’étoiles et ses sources de neutrons. A partir du 1er juillet 2023, il succédera à Franck Poirrier, PDG de Sodern depuis 2004.

Auteurs

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.