Retour au numéro
Vue 80 fois
31 mai 2019

AID : UN CHALLENGE ÉTUDIANT SUR L'ESPACE

L’Agence de l’Innovation a organisé entre janvier et mars 2019 un challenge étudiant coordonné par l’Ecole polytechnique, avec pour thème l’IA et l’Espace.


Pourquoi un tel challenge avec des écoles ?

Il s’agit d’un moyen inédit d’exploration très rapide à 360 degrés de sujets à basse maturité, selon une approche entrepreneuriale. Il n’était pas attendu un produit ou service fini mais plutôt un débroussaillement sans a priori d’une problématique complexe dans le but de faire émerger des concepts ou cas d’usage. Ce type d’opérations permet aussi de partager et diffuser nos missions et enjeux à l’extérieur de l’environnement Défense. Dans ce cadre, les écoles apportent une ressource intarissable et précieuse, en termes de sang neuf et de regard extérieur.

L’Agence s’est appuyée sur une convention sur le thème de l’entrepreneuriat passée en septembre 2018 avec l’Ecole polytechnique, prenant la forme d’un accord-cadre qui prévoit plusieurs formats d’interventions, dont celui d’une exploration rapide. L’Ecole polytechnique s’est entourée de l’ESCP (école de commerce), de l’Isaé, de l’Ensae et d’une école de design (ENSCI). Trois groupes de travail réunissant des étudiants de ces écoles se sont constitués le 10 janvier à l’innovation Défense Lab. Ils ont été actifs jusqu’au 21 mars, en dehors des heures de cours.

La problématique confiée par le Commandement Interarmées de l’Espace (CIE) était la suivante : il existe une grande quantité de sources ouvertes concernant le tir de tout type de satellites (fiche de départ de tir aviation civile, photographies d’astronomes amateurs, coupures de presse, etc.). Est-il possible, en recoupant ces sources, de reconstituer plus finement la nature des objets civils ou militaires en orbite, de façon plus fiable que le déclaratif ?

Le résultat de l’un des trois groupes a été présenté à la ministre des Armées le 23 avril 2019, en introduction du Comex ministériel sur l’innovation. Chacun des groupes a exploré des voies radicalement différentes (suivi de la pollution atmosphérique pour détecter les tirs de satellites ; exploitation des réseaux sociaux ; croisement de sources ouvertes plus ou moins officielles). Le SPSA et le CIE ont apprécié de manière unanime la très grande qualité des résultats ainsi que la profondeur d’exploration et l’originalité des approches. L’un des groupes a même été capable d’identifier les satellites « inspecteurs » uniquement en s’appuyant sur des sources ouvertes.

Les retombées de ce challenge consistent notamment en de nouvelles pistes solides apportées au CIE pour aborder la notion de « fiabilité » de la nature d’un satellite, et un renforcement du cadre conceptuel de sa réflexion sur la problématique complexe des débris spatiaux. Des travaux d’approfondissement sont prévus en marge du Salon du Bourget.

 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.