Retour au numéro
Un cours de physique des particules par Monsieur Jacques sous les pins de Haïfa.
Vue 3 fois
01 octobre 2016

LE TECHNION, UNE VISITE HORS DU TEMPS

Lors de notre escale à Haïfa, j’ai eu à organiser la visite du Technion, le MIT Israélien d’où sont issues de nombreuses innovations dans l'agroalimentaire, la défense et aujourd’hui les nouvelles technologies. Notre point de contact sur place était Jacques Goldberg, professeur de physique et ... ingénieur de l’armement de la promotion X 55. Nous nous sommes retrouvés sous le soleil méditerranéen devant des locaux universitaires à entendre la bonne parole sur la création d’Israël, et aussi découvrir des travaux de thèse comme cette commande adaptative d’une prothèse de main fabriquée en impression 3D.


Lors de notre escale à Haïfa, j’ai eu à organiser la visite du Technion, le MIT Israélien d’où sont issues de nombreuses innovations dans l'agroalimentaire, la défense et aujourd’hui les nouvelles technologies. Notre point de contact sur place était Jacques Goldberg, professeur de physique et ... ingénieur de l’armement de la promotion X 55. Nous nous sommes retrouvés sous le soleil méditerranéen devant des locaux universitaires à entendre la bonne parole sur la création d’Israël, et aussi découvrir des travaux de thèse comme cette commande adaptative d’une prothèse de main fabriquée en impression 3D.

Le moment le plus marquant a été cette discussion sous les pins où Jacques nous a raconté sa startup, fondée à 78 ans portant sur « la détection de matériaux à fort poids atomique par les muons ». Nos esprits scientifiques ont été captivés par le professeur revenant aux équations fondamentales de la physique, et nous expliquant son système de détection par quatre plaques, deux au dessus et deux au dessous d’un container maritime, de manière à identifier des perturbations des trajectoires des muons causées par la présence d'atomes lourds. L’avantage réside dans l’utilisation du rayonnement naturel des muons, de l’ordre de 150 par seconde et par mètre carré, qui n’ont donc pas besoin d’une autorisation administrative pour être mis en œuvre !

A la fin de la journée, l’IPA Jacques Goldberg - sigle qu’il n’avait pas utilisé depuis 37 ans - nous tutoyait et se faisait appeler par son prénom. 

Et lorsque nous lui avons remis la coupelle de la Mission Jeanne d’Arc, il nous a dit avec une émotion palpable que lorsqu’il était à la Montagne Sainte Geneviève, il donnait rendez-vous à celle qui est ensuite devenue sa femme sur la place Sainte Jeanne d’Arc… 

IA un jour, IA toujours !

Auteurs

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.