Retour au numéro
CONTACT
Vue 186 fois
01 juin 2016

CONTACT, au cœur du combat collaboratif

CONTACT est le système de radio de combat de nouvelle génération développé pour les forces des armées de terre, de l’air et la marine.


Connaissez-vous SLACK ? Probablement si vous avez l’âme d’un Geek, ou si vous avez moins de 20 ans. C'est l'outil de collaboration de la génération Facebook et Twitter. SLACK propose une nouvelle manière de travailler en groupe... en temps réel : incontournable pour gagner la course de l’innovation dans les nouveaux services numériques. L’application est représentative du basculement de la messagerie vers les messageries instantanées et  collaboratives. De la même manière, le Combat Collaboratif sera au cœur des systèmes de forces de demain dans le monde militaire. CONTACT, à la fois radio et système, porte cette transformation.  

Initialement (aux Etats Unis) la radio logicielle a été développée pour gagner sur le plan de la  logistique : une même radio tactique pour toutes les applications, avec à la clé un gain de poids pour les plateformes et les combattants. Puis l’idée de haut débit s’est introduite dans les nouvelles radios logicielles,  offrant de nouvelles applications, telles que la vidéo, ou de nouveaux standards d’échange de données comme ESSOR.

Mais comme dans le monde des télécoms, la vraie rupture pourrait être celle de l’usage, avec l’introduction d’applications C4ISR coopératives, mieux adaptées aux nouvelles générations d’officiers à venir. Et le vrai rôle de la radio logicielle sera de supporter l’avènement du C4I collaboratif, que ce soit sur le terrestre, l’air, ou le naval, puis en mode interarmées. 

En France, c’est exactement le basculement qui va se produire. CONTACT se cale pour être au rendez-vous des nouveaux systèmes de forces, à commencer par SCORPION.  CONTACT va offrir un socle de communications mobiles adapté à tous les types d’échanges opérationnels de l’armée de terre que ce soit les échanges temps réel nécessaires dans SCORPION  pour le Combat et la Protection collaborative,  les échanges transverses comme la tenue de situation amie et ennemie  ou des échanges temps différé de  transit de bout en bout entre les réseaux radio élémentaires.

CONTACT offrira les capacités de flexibilité et d’allocation dynamique  qui sont nécessaires pour s’adapter aux reconfigurations des déploiements opérationnels et aux évolutions des échanges en cours de mission. Si l’on prend par exemple le cas des appuis, une compagnie du génie peut se déplacer d’un sous bataillon à une autre sous bataillon et le LEGO des réseaux Elémentaires que constitue CONTACT  saura se reconfigurer pour prendre en compte cette mobilité de manière automatique.

Pour l’aéro, les plateformes comme le Tigre ou le Rafale bénéficieront bien sûr eux aussi des apports de CONTACT, mais le potentiel de connectivité ira bien au-delà. Nous connaissons tous  la Liaison 16 qui autorise déjà aujourd’hui certains échanges à l’échelle d’un théâtre entre aéronefs et sur les réseaux sol/air, mais sa latence et sa messagerie très formatée n’en permettent pas l’utilisation dans tous les modes de combat. Le Rafale attend de CONTACT une capacité bien supérieure en connectivité, critique pour la conduite de ses missions : plus rapide, plus discret, à plus haut débit permettant notamment une coopération de senseurs au sein d’une patrouille. A titre d’exemple, les avions RAFALE pourront s’échanger des pistes en mode passif, c’est-à-dire sans avoir à utiliser le RADAR qui, dès qu’un avion de combat l’allume, le met en situation d’être détecté par des Systèmes d’armes au sol ou par d’autres aéronefs ennemis.

Ainsi, dans les années 2020, il y aura deux niveaux de combat : les plates-formes modernes, dotées de radios CONTACT et capables de mettre en œuvre la guerre en réseau collaboratif et interopérable, et les autres plates-formes. Avec CONTACT, la France se dote d’un système avancé qui marquera les programmes SDR émergents à l’international, et qui sera un soutien précieux à l’exportation des plates-formes françaises.

 

L'étape 1 du programme a été notifiée en 2012. D'un montant total de plus de 800 M€, elle comprend le développement d'une première version du système, des postes véhicules, portatifs et aéro, ainsi que la production de série des 4 400 premiers postes radio.

 

    
Laurent Morin, Vice Président, Programme CONTACT, Thales
Après plus de dix ans chez Alcatel où il a exercé diverses responsabilités techniques dans le domaine des Satcom civiles, il rejoint Thales en 2002 pour prendre la responsabilité du programme Modem XXI (modem protégé du système Syracuse III). Il prend en 2006 la direction du programme Segment Sol Syracuse III. A partir de 2010, il assure la responsabilité de l'offre CONTACT dont il est nommé Directeur de programme en 2012.
 

 

    
Christophe Groshenry, ICA, Vice Président, Segment Produits Radiocommunications Air et Naval, Thales
Après dix années au sein de la DGA où il assure des responsabilités dans les essais de propulseurs, sur les avions Atlantique 2 et aux affaires industrielles, il rejoint Thales en 2005 à la stratégie des équipements aéronautiques militaires. Il devient directeur commercial & stratégie des systèmes ISR aéroportés. Arrivé chez Thales-Raytheon Systems en 2011, il dirige les activités radar de surveillance aérienne et AirC4I. Il occupe son poste actuel depuis 2014.
 

Auteurs

Laurent MORIN

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.