Retour au numéro
Obus-flèche de 120mm présenté lors d'Eurosatory 2022
Vue 35 fois
25 juin 2022

ÉMERGENCE D’UN CHAMPION EUROPEEN DES MUNITIONS
OU LES MÉTAMORPHOSES D’UNE INDUSTRIE DE SOUVERAINETÉ

Une succession de réductions, fermetures, rachats mais aussi consolidations et synergies ont permis de constituer Nexter Arrowtech, champion européen des munitions. La survie dans le contexte actuel passe par une croissance, reste à voir si ce sera du buy, du borrow ou du build.


Est-ce à mon cher Jules Verne que je dois d’être tombé, sinon au fond de son vertigineux canon de 300 mètres, du moins dans la pyrotechnie, après avoir connu d’autres rivages ?

De la Terre à la Lune voit juste sur l’emploi de la nitrocellulose, mais l’autorité de conception y consomme plus de whisky que de processus. Elle néglige trop de principes physiques pour que son obus de 10 tonnes ait la moindre chance d’atteindre la vitesse de libération. A titre d’exemple, une flèche antichar de 120 mm partant à plus de Mach 5, telle la SHARD® de Nexter, s’approche des limites de la propulsion à poudre.

Tir de qualification de l’obus-flèche de char 120 SHARD®

Exit donc le tourisme spatial à partir d’un canon ! Pourtant, le principe est loin d’avoir épuisé son champ d’application. Libérer instantanément une puissance de plusieurs gigawatts dans un volume extrêmement réduit reste l’apanage de la pyrotechnie.

L’existence d’une filière d’excellence française en la matière résulte d’un long parcours ; nous ne nous intéresserons qu’aux consolidations industrielles récentes et à venir.

Au lendemain de la (première) guerre froide

La contraction des budgets de défense après 1990 provoque la recomposition rapide du secteur. Au moins cinq sociétés, Manhurin Défense, Luchaire Défense, SN PRB, Cime Bocuze et SFM Défense, vont transférer par étapes leurs activités munitionnaires à GIAT Industries.

En quinze ans, le chiffre d’affaires est divisé par quatre à iso périmètre et la majorité des sites est fermée. Cependant, tirant parti de la concentration de savoir-faire de pointe, l’innovation reste vivace. Les entités successives – EURO IMPACT, DSAM – lancent des développements en rupture comme l’obus antichar BONUS avec Bofors et le système de 40 mm télescopé avec BAE Systems.

Des ajustements interviennent ensuite : le petit calibre est arrêté et seule une minorité de contrôle est conservée dans Cime Bocuze, pour permettre à ce leader des alliages métalliques de s’adosser à un groupe de sa spécialité et de diversifier sa clientèle internationale.

Au lendemain de la filialisation de l’activité munitions de Nexter en 2006, celle-ci pèse environ 100 M€. La décennie suivante verra la robotisation des usines, condition sine qua non de compétitivité. Un volume d’activité suffisant permet de réinternaliser des procédés sous-traités lors de la contraction des années 1990, afin d’en réduire le coût et de s’affranchir de fournisseurs également concurrents. Il s’ensuit une croissance organique régulière, soutenue par les ventes à l’export de l’obusier de 155 mm CAESAR®.

Nos clients achètent de la souveraineté et de la résilience

En 2014, la guerre en Ukraine est un point d’inflexion pour les budgets de défense européens. Depuis lors, l’enchaînement ininterrompu de tensions internationales et les dangers de la dépendance révélés par le Covid19 inaugurent un cycle haussier du marché des munitions dans le monde entier. Pour nos clients, il ne s’agit pas seulement de s’équiper mais de développer leur industrie, au besoin avec l’aide de partenaires étrangers, pour capter une part croissante de valeur ajoutée et créer des écosystèmes aux retombées économiques plus larges. En d’autres termes, le marché achète de la souveraineté industrielle et de la résilience.

Au même moment, Nexter continue sa croissance en achetant deux sociétés aux portefeuilles produits complémentaires et réputés : MECAR SA en Belgique et SIMMEL DIFESA en Italie. Les synergies apparaissent parfois là où on ne les attendait pas, comme le partage de bases logistiques et de champs de tir exploités par MECAR, ou l’intégration de composants innovants de SIMMEL dans des munitions françaises.

Détonateur opto-pyrotechnique pour ARIANE 6

15 ans après le nouveau départ de 2006, ce pôle rassemblé sous la marque ARROWTECH a multiplié son chiffre d’affaires par quatre. Il est un bon exemple d’utilisation des trois leviers de la croissance : organique, partenariale et par acquisitions.

A présent, dans un marché de réarmement accéléré où la compétition, voire certaines actions de contestation entre industriels, sont exacerbées par des compétiteurs hégémoniques, nous n’avons d’autre choix que de croître pour ne pas être marginalisés. En outre, la diversification des clients et l’équilibrage dynamique de charge entre sites industriels permettent d’absorber les fluctuations inhérentes à notre secteur, tout en maintenant les compétences critiques de la BITD.

Cette croissance se fera-t-elle par Build, Borrow ou Buy (1) ?

La recherche de masse critique

En Europe, plusieurs facteurs jouent en faveur de consolidations capitalistiques (Buy). D’abord, la multiplicité des acteurs dans un marché domestique étroit, avec trois fois plus de munitionnaires qu’en Amérique du Nord pour un budget trois fois moindre. Ensuite, la complexité croissante des munitions, qui augmente la masse critique de R&D nécessaire en mobilisant de nouveaux métiers, comme la munitronique, le guidage et la navigation. Enfin, l’avantage de fédérer des industries nationales pour obtenir l’appui de leurs États dans le montage de projets européens.

Au grand export, les partenariats classiques ne répondent plus aux stratégies de souveraineté des pays clients. Il convient donc de s’implanter industriellement sous forme de filiale (Build) ou d’alliance partenariale (Borrow), selon les schémas permis ou imposés. La contrainte de compensation (offset) est devenue un facteur-clef de succès. Bien comprise, elle engendre même des opportunités de développement sur les marchés régionaux considérés.

C’est au prix de cette transformation que Nexter ARROWTECH, porté par la dynamique qui l’a rendu exportateur à 75% et déjà septième acteur mondial, pourra rester à la pointe de l’innovation et répondre à des besoins opérationnels exigeants : effecteurs programmables ou à effets contrôlés, parfois communicants, capables de permanence autant que de fulgurance, agissant aussi dans le spectre électromagnétique, à des portées accrues mais sans compromis sur la précision.

De telles fonctionnalités relèvent d’une approche système du couple arme et munition, raison pour laquelle une business-unit éponyme a été constituée au sein du groupe Nexter.

Pour relever les défis de cette aventure industrielle, les vocations sont les bienvenues. Il ne s’agit pas d’aller sur la Lune, mais de forger les armes de Mars. Si vis pacem… 

 

1 : Résoudre le dilemme de la croissance : le modèle Build, Borrow, Buy – Laurence Capron & Will Mitchell, Pearson 2013

 

 

 

 

Vincent Ginabat

L’ICA Vincent GINABAT est directeur de la stratégie et des programmes de la business-unit Armes & Munitions du groupe Nexter et administrateur de CTA International. Son parcours chez Naval Group, Safran, Lacroix et Nexter l’a conduit à diriger des programmes et des sociétés dans les domaines naval, aéronautique et terrestre.

Auteur

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.