Retour au numéro
Françoise Dumas, Présidente de la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées à l'Assembée Nationale
Vue 87 fois
01 octobre 2019

L'entretien, un champ technologique à part entière

Publié par Françoise DUMAS, Présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées | N° 119 - Le MCO

Pour assurer la défense de nos concitoyens, de notre territoire et de nos valeurs, des combattants donnent chaque année leur vie pour la France. Ces sacrifices ne doivent jamais être oubliés.


Les hommes et femmes qui risquent leur vie au combat pour la France méritent des équipements leur conférant la supériorité opérationnelle en toutes circonstances et dans les cinq grandes fonctions stratégiques (dissuasion, protection, connaissance et anticipation, intervention et prévention). C’est ainsi que la France s’attache à disposer d’un modèle d’armée complet et équilibré, au plus haut niveau mondial. Fruit de décennies d’investissements, nos équipements militaires constituent des atouts décisifs pour assurer la défense de nos intérêts tout en exposant le moins possible la vie de nos soldats. À cet égard, la trajectoire de la loi de programmation militaire en cours d’exécution traduit bien l’ambition qu’à la Nation entière de redonner à nos armées les moyens humains et matériels dont elles ont besoin pour être à la hauteur des engagements de la France.

Acquérir des matériels est une chose ; les entretenir en est une autre, tout aussi cruciale pour le succès de nos armes.

C’est à ce titre que la Représentation nationale en général, et la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale en particulier, suivent depuis longtemps, et avec grand intérêt, les questions de maintien en condition opérationnelle (MCO), thème auquel est consacrée la présente livraison de ce magazine. À mes yeux comme à ceux de mes collègues, les performances de notre système de MCO sont à ce jour contrastées, la disponibilité de certains équipements demeurant en deçà de ce que l’on peut légitimement attendre. Certes, les missions opérationnelles restent réalisées avec les moyens requis, mais le système de MCO est encore sous tension. De surcroît, il ne contribue pas seulement à l’efficacité et à la crédibilité de nos armées ‒ ce qui est indéniablement son rôle premier ‒ mais il participe aussi à la valorisation de notre outil industriel au niveau européen dans un contexte de forte compétition internationale.

Le MCO est une des priorités claires de la loi de programmation militaire 2019-2025, qui fixe les grandes lignes de la modernisation des processus et des outils de MCO, et planifie une augmentation des budgets d’entretien d’un milliard d’euros en moyenne annuelle par rapport à la précédente période de programmation. Améliorer les performances du MCO, c’est permettre la réalisation des missions opérationnelles de façon plus sereine et préparer l’avenir de notre système de défense. La Ministre des armées a engagé depuis 2017 des réformes ambitieuses et structurantes, à la hauteur de ce que nous pouvons attendre au regard des investissements consentis par la Nation. Il nous faut maintenant accélérer cette phase de transition pour faire baisser la tension sur notre système de MCO et, plus largement, sur notre outil de défense. Nous, parlementaires, y seront vigilants.

Nous ne manquerons pas non plus de suivre, avec la même attention, la modernisation des techniques mêmes de MCO. La loi de programmation militaire, de façon générale, met l’accent sur l’innovation, y compris via l’adoption par les armées de technologies innovantes issues du secteur civil. Le MCO doit en bénéficier au même titre que les programmes d’armement. Notre conviction est que des technologies et des procédés innovants peuvent accélérer la transformation de notre outil de MCO et contribuer ainsi à améliorer ses performances. Cela concerne autant l’industrie que les forces; en la matière, la direction générale de l’armement et le corps des ingénieurs de l’Armement ont un rôle clef à jouer.

Je lance donc aujourd’hui un appel à tous nos jeunes et brillants ingénieurs : le MCO de défense est une matière noble au même titre que la recherche et le développement, tout aussi vitale pour nos forces. Avec cette LPM, le MCO est redevenu un champ technologique à part entière, dans lequel les enjeux sont cruciaux et les moyens substantiels. Ce champ me semble tout à fait propre à vous permettre de développer vos compétences et votre créativité, de rechercher sans cesse les défis et l’excellence qui permettent à la France de disposer d’une industrie de défense compétitive, à la hauteur de nos ambitions stratégiques.

Enfin, à n’en pas douter, dans un contexte de plus en plus européen pour les programmes d’armement, le MCO va rapidement suivre la même tendance.

Pour conclure, je voudrai avoir une pensée pour mon département, le Gard, où l’été a été douloureusement marqué par un important incendie qui a coûté la vie au pilote d’un bombardier d’eau. J’ai la ferme conviction que les défis qui se posent pour l’équipement de nos armées se posent aussi, dans des termes très comparables, pour nombre de nos autres forces: sécurité civile, sapeurs-pompiers, police et gendarmerie, services médicaux d’urgences. Les femmes et les hommes qui se dévouent au sein de ces forces méritent eux-aussi un matériel performant, adapté et disponible pour leurs missions. Les défis de la modernisation du MCO, que relèveront nos armées, ouvrent la voie à un progrès plus vaste encore; et dans cette entreprise, une fois de plus, le corps des ingénieurs de l’Armement se sera illustré au service de l’État.

Auteur

Françoise DUMAS, Présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.