Retour au numéro
l'ENSTA Bretagne a ouvert un Mastère Spécialisé Pyrotechnie et Propulsion | ENSTA Bretagne, crédit photo CNES/ESA
Vue 29 fois
14 juin 2022

CRÉER LES PYROTECHNICIENS DE DEMAIN
ENSTA BRETAGNE : UNE FORMATION UNIQUE AU SERVICE DE LA DÉFENSE

La formation d’ingénieurs pyrotechniciens d’ENSTA Bretagne est unique en France. Elle porte sur la connaissance des phénomènes physiques rapides, ondes de choc et détonation, et comprend les aspects réglementaires. Cette formation est adossée à une équipe de recherche qui travaille au quotidien avec les acteurs industriels et institutionnels du domaine. 


Depuis sa création en 1971, ENSTA Bretagne forme des ingénieurs généralistes notamment pour la défense. Si elle est connue pour ses cursus dédiés à l’architecture navale, à l’hydrographie ou aux systèmes embarqués, l’école propose également depuis sa création un parcours sur les « systèmes pyrotechniques ». Chaque promotion compte une vingtaine d’ingénieurs pyrotechniciens, dont certains sont ingénieurs des études et techniques de l’armement. L’école accueille également des ingénieurs de l’armement de l’Ecole polytechnique en année d’application dans ce domaine.

Une filière unique dont le caractère stratégique est universellement reconnu 

Recrutés sur le concours commun Mines-Télécom, adossé au concours commun Mines-Ponts, les élèves du cursus « systèmes pyrotechniques » se préparent à l’analyse et à la conception de systèmes explosifs ou à combustion rapide destinés à être intégrés dans des systèmes mécaniques afin, par exemple, de générer leur propulsion. Ils reçoivent également des enseignements, prodigués par des professionnels des entreprises, du commissariat à l’énergie atomique ou de la DGA, portant sur la sécurité des installations pyrotechniques. Les applications de ces enseignements couvrent la défense, l’aérospatiale (propulseurs de fusée, déploiement de satellites), l’automobile (airbags), les travaux publics ainsi que la prévention des risques industriels.

La demande de ces différents secteurs industriels, tout comme celui de la direction générale de l’armement ou du CEA, pour des ingénieurs pointus ayant une vocation opérationnelle immédiate s’avère forte. Il lui répond un engouement constant des élèves qui intègrent ENSTA Bretagne pour une filière dont ils identifient immédiatement le caractère stratégique. Nombreux sont celles et ceux qui aspirent à la rejoindre pour « concevoir des fusées ou des avions ». Mais tous y reconnaissent une spécialité d’exception dont les applications sont essentielles pour l’industrie française et les forces armées.

Une formation d’excellence adossée à une recherche originale au service des acteurs du secteur

Les enseignants-chercheurs qui interviennent dans cette formation mènent des recherches sur les matériaux énergétiques, plus écologiques et plus sûrs pour leurs utilisateurs ainsi que sur l’atténuation des effets de souffle et d’impacts pour protéger les personnes, l’environnement ou encore les moyens engagés par les forces. Le traitement de ces problématiques est intégré au cursus et fait l’objet de travaux de recherche sur le campus, dans le cadre d’un laboratoire « unité mixte de recherche » du CNRS membre de l’institut Carnot ARTS : l’institut de recherche Dupuy de Lôme. C’est par exemple le cas pour ce qui concerne l’atténuation des effets de détonations sous-marines par des rideaux de bulles. Depuis plusieurs années, les chercheurs de l’école se sont intéressés à la modélisation de rideaux de bulles – comme, par exemple, Hervé Grandjean dans sa thèse « Atténuation des effets d›une explosion sous-marine par rideau de bulles » – précisément dimensionnés pour atténuer les conséquences des explosions sous-marines à la fois sur la faune mais aussi sur les systèmes déployés dans cet espace.

Les travaux de recherche sont réalisés en partenariat avec de nombreux organismes et entreprises françaises et internationales : Ecole Royale Militaire de Belgique, Armasuisse, ISL, Nobel Sport, Livbag, SNECMA, Ariane Group, ou encore MBDA.

ENSTA Bretagne dispose pour cela d’importants moyens expérimentaux dédiés à l’étude des phénomènes rapides : machine de choc (compression, torsion et tension), canon de Taylor, barres d’Hopkinson, laser de puissance à impulsion. Depuis cette année, elle peut exploiter une zone pyrotechnique lui permettant de manipuler des matériaux énergétiques non détonants. 

 

 

Bruno Gruselle

ICA, Directeur général de l’école nationale supérieure de techniques avancées Bretagne L’auteur a exercé diverses fonctions dans le domaine des affaires stratégiques et de diplomatie de défense. Affecté à la FRS, il est l’auteur de nombreuses études sur la prolifération des missiles, la défense antimissiles et la cybersécurité. Il a été conseiller diplomatique adjoint puis conseiller pour les affaires industrielles de Jean-Yves Le Drian de 2013 à 2017. Il est directeur général d’ENSTA Bretagne depuis 2020. 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.