Retour au numéro
Mael Jenny et Augustin Girard en stage OPS à Coëtquidan
Vue 27 fois
01 juin 2016

La FAMIA vécue par un IA admis sur titres

Une formation « pêchue » !


Après notre recrutement sur titres, nous avons commencé notre formation d’IA par cinq semaines de cours et de visites, avec les X. Nous avons ensuite rejoint l’armée de terre pour cinq mois. Nous y étions intégrés au Partenariat Grandes Ecoles : trente étudiants qui choisissent de passer un semestre au sein de l’armée de terre. Les six premières semaines se sont déroulées à Saint-Cyr, les six suivantes en école d’arme où je suis toujours à l’heure où j’écris. Nous passerons ensuite deux mois en régiment. 

Pendant la période à Coëtquidan, nous avons alterné les temps sur le terrain et les temps au camp bâti. Nous y avons suivi des activités d’aguerrissement, de tactique, de sport et de mise en situation de commandement. Ces activités contrastaient significativement avec les responsabilités que j’avais eu l’occasion d’exercer dans ma vie professionnelle et associative préalable. Parmi les marqueurs de cette formation, je retiendrai particulièrement l’attention portée au détail, le sens donné à l’obéissance et à la discipline, et l’importance des formes. Ces caractéristiques me semblent aisément explicables par la nature du métier de lieutenant tel que je l’ai perçu : un métier au contact, où seul un engagement total permet la réussite de la mission. 

Ces six semaines à Saint Cyr furent donc l’occasion pour moi de découvrir un univers très riche et j’ai maintenant hâte de rejoindre un régiment. Je serai cependant content de retrouver à terme mon identité d’ingénieur, à la DGA.

 

      
Augustin Girard, IA
 
 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.