Retour au numéro
Vue 176 fois
30 septembre 2020

AUSTRALIAN FUTURE SUBMARINE PROGRAM
BIEN PLUS QU’UN PROGRAMME, UNE TRANSFORMATION !

De par sa taille, l’Australian Future Submarine Program (AFSP) est un programme hors normes qui marquera l’histoire de l’Australie mais aussi celle du naval de défense. Il n’existe pas à ce jour d’autre programme naval d’une telle ampleur, dans lequel un industriel s’implante dans un pays afin d’y créer un écosystème industriel complet et souverain.


Cette ambition est celle de l’équipe France, regroupée autour de Naval Group, avec un engagement au plus haut niveau de l’Etat français et un soutien sans faille de la DGA, de la Marine nationale et de nos partenaires industriels. Ce programme dotera l’Australie de douze sous-marins océaniques de dernière génération qui feront entrer la marine australienne dans une nouvelle ère et permettront à l’Australie de jouer pleinement son rôle de puissance régionale.

« DANS 10 ANS NAVAL GROUP SERA UNE ENTREPRISE FRANCO- AUSTRALIENNE »

Mais si ce contrat démontre la reconnaissance du savoir-faire de Naval Group en termes de technologie et d’industrie des sous-marins, il porte aussi en lui une transformation profonde de notre culture industrielle et managériale.

Fort de ses capacités industrielles et technologiques, Naval Group doit se transformer en entreprise multidomestique

En complément des programmes majeurs au service de la Marine nationale, Naval Group s’est construit une solide expérience internationale depuis sa privatisation en 2003. Nous sommes aujourd’hui présents dans dix-huit pays avec lesquels nous entretenons des relations de confiance, inscrites dans le temps long, qu’appellent les programmes structurants auxquels nous participons. Je pense par exemple aux sous-marins Scorpène au Chili, en Malaisie, en Inde et au Brésil ou encore aux frégates pour Singapour et l’Arabie Saoudite, ou plus récemment les corvettes Gowind pour l’Egypte et les Emirats Arabes Unis.

Mais l’Australie est un défi d’un nouvel ordre : nous sommes ici dans un changement d’échelle en termes d’ambition. Naval Group s’est engagé auprès de l’Australie, déjà dotée d’une marine de très haut niveau, à lui fournir une supériorité régionale opérationnelle dans le domaine sous-marin et à l’amener à développer une souveraineté industrielle.

Ainsi, présenter ce programme, c’est expliquer comment Naval Group se réinvente pour être, bien sûr, au rendez-vous de toutes les attentes de son client australien, mais également des autorités françaises, particulièrement investies au plus haut niveau pour suivre ce programme, devenu la pierre angulaire de la relation stratégique entre nos deux pays.

Naval Group se réinvente d’abord pour consolider ce nouvel élan international, qui transforme le groupe chaque jour un peu plus en un groupe franco-australien avec tous les défis humains, techniques et logistiques associés. Naval Group se réinvente aussi pour adapter ses manières de fonctionner car si ce programme bénéficie de la longue et solide présence de Naval Group à l’international, il est un levier d’évolution qui lui donne l’opportunité de concevoir de nouvelles manières de travailler à distance et dans des environnements multiculturels. Ce contexte est exacerbé par la crise sanitaire actuelle. Ici les notions d’entreprise étendue et de continuité numérique prennent tout leur sens, porté par le déploiement de la solution 3D Expérience de Dassault Système et des méthodes outillées associées qui deviendront la référence de l’entreprise sur les futurs programmes de sous-marins à la suite du déploiement déjà opéré sur les bâtiments de surface à Lorient.

La plongée dans le monde programmatique australien avec comme partenaire principal l’américain Lockheed Martin n’est pas non plus la moindre des transformations. Les choix d’architecture, les processus industriels retenus et les interfaces entre système de plate-forme et système de combat doivent être rendus explicites de ces grands professionnels qui nous « challengent » dans nos solutions nous amenant à être encore meilleurs dans tous nos domaines.

De Cherbourg à Adélaïde : deux nations, deux langues, un programme, un groupe

Ce programme est tout d’abord un défi technologique, le sous-marin avec son million de pièces étant l’un des produits les plus complexes réalisés dans l’industrie. Naval Group bénéficie pour cela de toute l’expérience acquise sur le programme Barracuda et les premières esquisses montrent un bateau bien né, basé sur des technologies éprouvées.

C’est également un défi de ressources humaines avec des équipes de cultures différentes travaillant simultanément de part et d’autre du monde. Le soleil ne se couche jamais sur le programme AFS !

Tous nos sites industriels français contribuent au programme avec en premier lieu Cherbourg qui abrite non seulement les bureaux d’études Naval Group, mais également l’enclave australienne, nommée Hughes House. Cette dernière accueille notamment les représentants du Commonwealth of Australia en charge du suivi du programme. Aujourd’hui, les équipes qui travaillent sur le design de l’Attack class (son nom de baptême) sont déjà franco-australiennes.

Accueil à Cherbourg de 17 nouveaux arrivants australiens fin août 2020 par leurs homologues français

Les dix-sept derniers arrivants ont posé leurs valises en France à la fin du mois d’août et plus de deux cent cinquante ingénieurs et techniciens australiens seront présents simultanément en France d’ici quelques années. Pour permettre cet indispensable transfert de savoir-faire, nous organisons le séjour en France des ingénieurs et techniciens mais aussi de leurs familles. Ce sont ainsi plus de six cents australiennes et australiens qui s’installeront dans nos régions et tout particulièrement autour de Cherbourg et qui devront être logés, éduqués et soignés.!. Nous aurons besoin de tout le soutien des autorités locales pour que cet accueil de longue durée soit un succès pour tous, et notre transformation industrielle sera aussi l’occasion d’une transformation culturelle pour de nombreuses collectivités. Il y aura de l’ambiance dans le Cotentin lors de la prochaine coupe du monde de rugby en France en 2024 !

« Down under », nous pouvons compter sur Naval Group Australia, notre bras armé en Australie. Avec deux cent cinquante collaborateurs aujourd’hui et demain plus de deux mille, Naval Group Australia sera le réceptacle du transfert de technologie et savoir-faire qui fera de l’Australie un pays souverain dans le domaine sous-marin. L’enjeu pour Naval Group est donc de taille puisque pour y parvenir nous devrons recruter, former, motiver ces collaborateurs et leur donner des perspectives de carrière au sein du programme, mais aussi ailleurs dans le groupe ! Là aussi la présence française à Adelaïde sera tout à fait significative, de l’ordre de 200 à 300 collaborateurs qui assureront une assistance technique à nos équipes australiennes pour la montée en compétence du chantier naval.

Une capacité sous-marine australienne souveraine

L’histoire de ce programme est aussi, et je dirais même surtout, celle de la souveraineté de l’Australie. Le Commonwealth of Australia a choisi la France pour acquérir le transfert de compétences qui lui permettra d’être Design Authority for Sustainment, mais a aussi fait le choix stratégique de créer une industrie sous-marine indépendante et de pointe sur son sol. Grâce à ces deux maillons essentiels que sont la compréhension du processus de conception des sous-marins et la sécurisation de la chaîne d’approvisionnement, l’Australie pourra assurer le suivi du cycle de vie de ses navires en toute autonomie.

Les douze sous-marins seront construits en Australie. Nous devons donc relever le défi de trouver des fournisseurs australiens qui soient en mesure de fabriquer les composantes nécessaires à la construction et à l’entretien de l’Attack-class. Gardant toujours en ligne de mire notre objectif de maximiser le contenu australien pour atteindre un minimum de 60% de la valeur totale du contrat de 12 sous-marins, nous travaillons activement pour identifier les sociétés australiennes qui, avec notre aide, pourront répondre aux besoins du programme. Quand cela n’est pas possible, nous travaillons avec des sociétés, le plus souvent françaises, qui s’engagent à s’installer en Australie de manière durable grâce à la création de filiales sur place. La supply chain sous-marine française est au rendez-vous avec notamment Thales, Safran Jeumont ou encore Schneider Electrics qui embarqueront leurs produits made in Australia sur l’Attack-class.

Cette capacité à développer un écosystème local est l’une des principales forces de Naval Group qui a déjà fait ses preuves dans ce domaine, notamment en Inde et au Brésil pour les ambitieux programmes de sous-marins. Lorsque nous aurons transformé l’essai wallabien, nous serons une référence du domaine, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour le développement du groupe.

Garder le cap

Malgré la crise sanitaire, AFSP maintient le cap. La revue intermédiaire de conception franchie le 8 avril dernier est une belle réussite des équipes qui montre la résilience de notre dispositif, malgré les obstacles posés par la distance et l’impossibilité de voyager entre la France et l’Australie en raison de la pandémie.

Le premier des sous-marins de la classe Attack sera admis au service au milieu des années 2030 et ils pourront naviguer jusqu’aux dernières décennies du XXIe siècle. A chaque étape, Naval Group se montrera digne de la confiance accordée par le COA en avril 2016 et sera aux côtés de l’Australie afin de l’accompagner dans son choix stratégique, celui de la souveraineté.

Ce que nous apprenons avec AFSP, cette mutation que l’entreprise a engagée, cette ouverture sur le monde, ces nouveaux modes de fonctionnement et ceux qui suivront, ne sont que les prémices de l’aventure internationale de Naval Group. Forts de nos nombreuses références internationales actuelles et passées, des changements structurels engagés, mais aussi de nos collaborateurs français et internationaux passionnés qui rejoignent chaque jour le groupe, nous sommes prêts à relever le défi australien, qui sera celui qui transformera l’entreprise !

Et comme on dit souvent là-bas « no worries mate » !

 

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.