Retour au numéro
Ce n’est pas la tour Eiffel le 14 juillet, mais une séquence de leurrage d’un hélicoptère Tigre
Vue 38 fois
25 juin 2022

LACROIX
UNE ETI FAMILIALE TOURNÉE VERS L’AVENIR AU SERVICE DE LA SOUVERAINETÉ NATIONALE

La société Lacroix, filiale Défense du groupe éponyme, développe depuis une quarantaine d’années des leurres pour l’autoprotection de plateformes militaires. Ses activités prennent racine dans son savoir-faire pyrotechnique, ADN de l’entreprise créée en 1848, et dans les compétences uniques acquises depuis. Dotée de moyens importants en Pyrochimie, Lacroix dispose de capacités de formulation et d’une bibliothèque unique de compositions pyrotechniques appliquées à ses métiers.  


A la fin des années 90, le rachat de l’activité contremesures air de la SNPE donne un essor à Lacroix qui s’appuie désormais sur la gamme de contremesures navales Dagaie et Sagaie, des munitions d’autoprotection de véhicules blindés issues d’une coopération avec Nexter, et une gamme élargie de contremesures air pour la protection d’aéronefs. Au cours de la décennie 2000, l’entreprise redéploie ses activités industrielles du site historique de Muret désormais situé en zone péri-urbaine vers le site de Mazères situé à 30 minutes de Toulouse, présentant un potentiel plus important de développement industriel.

Montée en gamme

Afin de se rapprocher de ses clients, proposer une offre complète maîtrisée et des concepts d’emploi efficaces, l’entreprise décide de développer les systèmes susceptibles de mettre en œuvre ses propres munitions.

Elle remporte en 2010 un premier contrat aux Emirats Arabes Unis visant à équiper 900 véhicules du système d’autoprotection Galix, et passe ainsi du statut de munitionnaire à celui d’équipementier pour véhicules blindés. En 2012 un contrat pour l’installation du système de contremesures Sylena sur des patrouilleurs du chantier singapourien ST Marine lui permet désormais de proposer ses propres systèmes de contremesures navales. Depuis plusieurs milliers de véhicules ont été équipés de systèmes Galix, et une trentaine de bâtiments de surface se sont vu équipés de systèmes Sylena.

 

Les leurres navals, de vraies munitions pour protéger les navires

Récemment, Lacroix s’est vu confier par Thales un contrat de développement de charges fumigènes pour obus de mortier de 120mm visant à remplacer les fumigènes classiques au phosphore par des charges fumigènes non toxiques et non incendiaires.

A l’horizon 2030, Lacroix se tourne vers le développement de systèmes d’autoprotection pour aéronefs, ainsi que vers des solutions visant à favoriser la maîtrise des fonds marins.

Leader européen des systèmes d’autoprotection 

Dans le cadre de ses nombreux projets, Lacroix coopère avec de grands donneurs d’ordres tels que Naval Group, Thales, Dassault, MBDA, Airbus, Nexter et Arquus, ainsi que des entreprises européennes telles que Fincantieri, Léonardo ou Navantia.

L’entreprise qui se positionne désormais comme le leader européen des systèmes d’autoprotection Soft-Kill actif ou passif dans les trois milieux, contribue à travers l’excellence de ses solutions et dans le sillage des grands industriels français à la souveraineté nationale. Elle s’appuie pour cela sur son expertise de la guerre électronique, ses activités R&D tournées vers l’innovation représentant 20% de son chiffre d’affaire, 60% de son activité à l’export vers une trentaine de pays, et un site industriel de 60 hectares dans lequel elle investit de manière récurrente. 

Tout cela ne serait pas possible sans le soutien actif de la DGA et les nombreux contrats d’étude qui lui sont confiés, comme par exemple l’étude amont confiée par l’AID d’un leurre actif décalé pour la Marine Nationale.

Conclusion

En 2022, fort de son expérience dans les trois milieux, de sa compétence dans les domaines du Visible, de l’IR et de l’EM notamment; de son évolution de munitionnaire vers systémier du SOFT-KILL ; Lacroix est en mesure de proposer une suite d’autoprotection modulaire et modulable (détecteurs, calculateurs, effecteurs) adaptable à la valeur de la plateforme à protéger.

L’entreprise dispose par ailleurs d’un savoir-faire historique dans le domaine des Pyromécanismes intégrés pour certains à des programmes majeurs relevant de la souveraineté nationale.

 

François Moulinier, DGO Lacroix.
INSA Lyon 93, passé en production, il rejoint Lacroix en 2000 aux achats avant de s’occuper de commerce (Europe, Moyen-Orient). Il effectue un passage au siège du groupe en charge du Développement International, avant de revenir en 2020 au sein de l’entité défense où il occupe sa fonction actuelle.

Auteur

François Moulinier

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.