Retour au numéro
La baie de Cannes illuminée - Crédit photos : Palais des Festivals - Dervaux
Vue 45 fois
25 juin 2022

PYROTECHNIE FESTIVE
QUAND LES ARTISTES ET LES INGÉNIEURS SE RENCONTRENT…

La pyrotechnie, c’est aussi ce qui nous fait voir de toutes les couleurs à chaque 14 juillet, sans qu’on se rende compte des exigences sous-jacentes. Nous avons demandé à deux acteurs privilégiés, Alain Jouanjus, ancien DG de la municipalité cannoise et David Proteau, directeur artistique de l’artificier Ruggieri et ancien champion du monde de feux d’artifice, de nous faire part de leur expérience. 


La CAIA : La ville de Cannes organise chaque année un festival pyrotechnique : de quoi s’agit-il ?

Alain Jouanjus : Tous les ans une cinquantaine de feux d’artifice sont tirés dans la baie de Cannes. Un mariage, un anniversaire, la fin d’un congrès ou une fête à bord d’un yacht ou sur la plage se ponctuent souvent par un feu d’artifice de quelques dizaines de minutes ; c’est l’occasion pour toute une partie de Cannes et des touristes de profiter de ce spectacle enchanteur.

Mais les plus beaux feux sont assurément ceux organisés dans le cadre du festival pyrotechnique qui se déroule du 14 juillet au 24 août et donne lieu à six soirées exceptionnelles depuis 1998. Un concours mondial réunit en effet les meilleurs artificiers du monde en compétition pour la Vestale d’argent ; les lauréats concourent eux-mêmes tous les quatre ans pour la Vestale d’or qui est une distinction très prisée dans la profession.

C’est l’occasion d’une grande fête populaire qui réunit jusqu’à cent mille spectateurs sur les plages de la Croisette la Croisette ou les hauteurs de Cannes sans compter les nombreux bateaux venus des ports des environs et qui ferment la baie avant de repartir dans un concert de cornes de brume qui conclut la fête.

Le feu est tiré pendant une demi-heure à quatre cents mètres du rivage depuis cinq barges principales et de nombreuses « bargettes » complémentaires ; une puissante sonorisation rythme et complète la thématique du soir.

Toutes les générations, toutes les classes sociales sont réunies dans une ambiance bon enfant avec certes des mesures de protection renforcées depuis le terrible attentat de Nice le 14 juillet 2016.

Crédit photos : Palais des Festivals – Dervaux 

La CAIA : Ruggieri est un fournisseur majeur de spectacles pyrotechniques. Peux-tu nous décrire votre métier ?

David Proteau : RUGGIERI imagine et réalise des spectacles d’artifices et multimédias. Nous sommes spécialisés dans les œuvres visuelles et sonores monumentales telles que des feux d’artifices musicaux ou bien encore une cérémonie majeure pour un événement planétaire. Nous élaborons des créations à forte charge émotionnelle pour faire vivre à nos clients et spectateurs des expériences uniques originales et spectaculaires. Pour cela nous devons en permanence innover pour surprendre et émerveiller. RUGGIERI est donc composée de spécialistes dans de multiples corps de métiers événementiels pour maîtriser l’ensemble des technologies et moyens sécuritaires et créatifs nécessaires au succès de ses spectacles.

La CAIA : Vous avez participé à ce concours : quel souvenir en avez-vous ?

David : Je garde en mémoire tous ces instants d’émotions, ce privilège de pouvoir illuminer la baie de chorégraphies volumétriques aux esthétiques soignées récompensées par les applaudissements d’un public fidèle et aguerri aux grands feux d’artifices internationaux. Les concours sont pour nous les illustrations de notre art et de notre savoir-faire. Ils engagent l’image et la notoriété de RUGGIERI, les enjeux sont donc particuliers. Lorsque nous participions au concours de Cannes, RUGGIERI était saluée pour y présenter sa collection pyrotechnique de l’année suivante, nous avions à cœur d’y représenter la French Touch avant-gardiste.

Crédit photos : Palais des Festivals – Dervaux 

La CAIA : Et pour les services de la ville, comment vit-on de l’intérieur un tel événement ?

Alain : Pour les services de la ville et de sa société d’événementiel, la Semec, cela représente trois nuits de préparation pour installer les barges, les charger puis contrôler le plan d’eau, organiser et surveiller la Croisette et enfin nettoyer la baie pour en retirer les restes des fusées dont on n’admettrait pas qu’ils la polluent.

Le festival pyromusical est un élément d’attraction fort de l’été pour l’ensemble des hôtels, les restaurants, les bars ou les plages. On estime qu’un euro investi génère cinq euros de retombées économiques. Si la Semec dans le cadre de la délégation de service public qui la lie à la ville de Cannes investit 50 000 € par soirée, le coût total peut être estimé au triple grâce aux nombreuses contributions des services de la Ville et aux compléments qu’apporte l’artificier en autofinancement pour décrocher le fameux trophée de la Vestale d’argent ou a fortiori de la Vestale d’or.

La CAIA : La pyrotechnie demande donc beaucoup de rigueur notamment sur le plan de la sécurité : comment rester créatif et continuer à surprendre les spectateurs ? 

David : La sécurité et la maîtrise parfaite de nos spectacles sont nos principales préoccupations. Lorsque nous investissons un lieu tel que la Tour Eiffel, ou bien encore la baie cannoise, nous commençons par réaliser une étude de sécurité pour connaître l’ensemble des contraintes. Puis nous élaborons le dispositif technique et entamons le processus d’imagination. La créativité est donc la formidable résultante de la sécurité du site et du monde imaginaire et surprenant qui en découle. On peut donc en déduire que la sécurité est un élément moteur à la créativité de nos équipes, elle nous pousse à innover pour étonner, toujours plus, les spectateurs.

Alain : Le festival pyromusical est une manifestation artistique, festive et populaire qui grâce à des prouesses techniques et à la mobilisation de nombreux acteurs embrase le ciel de la baie de Cannes et offre une soirée d’exception à tous.

Crédit photos : Palais des Festivals – Dervaux

La CAIA : Finalement, le pyrotechnicien : ingénieur ou artiste ? 

David : Qu’est ce qui fait d’une personne un artiste ou un ingénieur ? L’art est-il le fruit du travail ou du génie ?… Léonard de Vinci est pour moi le plus bel exemple de l’ingénieur artiste. Alors que le pyrotechnicien transmet ses émotions, ses sensations et réflexions sous la forme de son art de la maîtrise des feux colorés et sonores, il fait appel à son imagination, à sa créativité, à son inventivité, pour innover et s’adapter aux contextes. Ingénieur et artiste ne forment plus qu’un, symbiose indispensable à mes yeux pour créer des spectacles, uniques, des moments immersifs d’émerveillement. 

 

 

David Proteau, Directeur Artistique Grands Evénements et Parcs d’attractions, Sté RUGGIERI Groupe ETIENNE LACROIX

Scénographe, metteur en scène et directeur artistique, David Proteau signe les spectacles RUGGIERI à travers le monde. En 2010, David remporte les Championnats du monde de feux d’artifice tenus à Oman et en 2013 le trophée de la personnalité événementielle internationale de l’année, trophée décerné au Palais des Festivals de Cannes. Il s’est maintenant spécialisé dans la création de spectacles multimédias en y intégrant lumière, lasers, fontaines, et drones.

 

 

Alain Jouanjus, IGA

Consultant. Directeur général des services de la Ville de Cannes entre 2003 et 2014

Auteurs

David Proteau

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.