Retour au numéro
Vue 10 fois
01 octobre 2017

RAYONNER DANS LE MONDE

Il me revient la lourde tâche d’introduire un thème inédit et peut-être étonnant pour certains, et déjà de caractériser ceux et celles de nos camarades qui décident de s’engager quelle que soit la forme que cela peut prendre, ailleurs, dans un service, de s’investir dans une association, le plus souvent à titre bénévole : Ah comme les mots sont étriqués, voire trompeurs !


Investir : on emploie un terme du monde des affaires, un mot qui évoque un engagement, un placement, avec prise de risque et espérance de retour signifcatif et valorisant !
Bénévole : cela sous-entend qu’on est poussé par la pure « bonne volonté », sans incitation de rémunération et sans réel souci de qualité ! Mais les mots-clés ne devraient-ils pas être plutôt la matérialisation gratuite d’une appétence ou d’un talent, d’un rêve ou d’une passion, au service d’une cause, d’un besoin, d’une utilité, dans des domaines aussi variés que l’art, la culture, l’éducation, les loisirs, la santé, la sécurité, ou la spiritualité ? Ainsi, qu’est-ce qui me poussait à 14 ans à passer un week-end par mois dans un poste de secours de la Croix-Rouge au bord des routes meurtrières, à 16 ans à me produire dans une équipe de démonstration de basket-ball sur patins à roulettes pour divertir les jeunes accidentés de l’Hôpital de Garches, et à 21 ans à organiser, avec d’autres, un camp de vacances au Maroc au mois d’août pour une quarantaine de jeunes sourds-muets défavorisés ? Qu’est-ce qui me poussait, cinq jours après avoir quitté l’Etat-major, à rejoindre une petite équipe de jeunes chrétiens qui, du fond du garage qui leur tenait lieu de bureau, développait en France une pédagogie novatrice pour annoncer l’Evangile !
Bien sûr, il y a du don, de la générosité, du service, mais il y a aussi la satisfaction de l’utilité et de la reconnaissance, les joies de la fraternité ou du sport, le mythe de l’uniforme, la griserie de l’appartenance, la stimulation de l’exhibition et de la foule, la valorisation du savoir-faire… Difficile de faire la part des choses, difficile de cerner les motivations profondes et existentielles, et c’est sans doute inutile ! N’est-ce pas dans notre être profond que se trouvent les caractères et la motivation, l’énergie et la satisfaction ?
Un brillant philosophe et un grand théologien du XXème siècle, l’homme le plus médiatisé et le plus « vu » de tous les temps, un certain Karol Wojtila, connu sous le nom de Jean-Paul II, revenait souvent sur cette phrase du Concile Vatican II : « L’Homme ne se réalise pleinement que dans le don désintéressé de lui-même. ». Je vois là la caractéristique la plus pertinente de cet engagement associatif, le moteur, la motivation, et à la fois son essence et sa finalité: une forme d’accomplissement et de réalisation de soi-même, par le truchement du don de soi sous quelque forme que ce soit. Ne cherchons pas à départager la partie égoïste de la partie altruiste, les deux co-existent dans un amalgame intime qui produit de si beaux fruits puisqu’il permet à d’autres personnes de grandir et de s’épanouir.
Les quelques récits et témoignages que présente ce magazine montrent que l’engagement désintéressé rime avec le courage, la persévérance, et aussi avec la qualité, le professionnalisme, voire le souci d’excellence dans la réalisation de sa mission ou de son service. Ce sont des hommes et des femmes formés et compétents, passionnés et chevronnés, qui mesurent pleinement les enjeux, les objectifs, et l’importance de mettre tout leur talent, tout leur génie et toute leur passion dans la bonne réalisation de leur action.
On ne s’arrête pas souvent sur la qualité des fruits de ces engagements, des fruits essentiels en matière de sécurité par exemple, avec les Sapeurs Pompiers, les éléments du dispositif Sentinelle ou les Sauveteurs en mer, des fruits essentiels en matière d’aide et de soin à la personne, avec les maraudes de nuit, les missions humanitaires, les associations patriotiques, l’accompagnement des chercheurs d’emploi, ou le service des couples et des familles, des fruits essentiels en matière éducative, avec les services d’encadrement de jeunes ou les éducateurs en milieu défavorisé, des fruits essentiels en matière de loisir et de sport, en matière d’art et de culture, et bien d’autres fruits qui font de la vie associative un réel ciment social.
Les articles qui suivent ne sont pas là pour vanter telle ou telle activité, ni pour mettre sur un piédestal quelques-uns de nos camarades, ce ne sont que des témoignages de vitalité et d’accomplissements, des témoignages de rayonnement et de service, des refets de la diversité et de la richesse de notre communauté de l’Armement.
Mon rêve est que ces témoignages soient aussi des sources d’inspiration pour certains, et qu’ainsi de plus en plus d’entre nous mettent leurs talents et leur passion au service d’une société toujours plus humaine et plus respectueuse.

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.