Retour au numéro
Le Kalvari, premier scorpene indien, 1615 t de déplacement, 20 noeuds
Vue 69 fois
30 septembre 2020

PREMIÈRE PLONGÉE SUR UN SOUS-MARIN INDIEN

Publié par Michel CALEDEC, ICETA | N° 121 - Sous-marins

Le programme indien P-75 porte sur la construction de 6 sous-marins du type Scorpène par le chantier d’État Mazagon Dock Limited (MDL) de Mumbai, à partir d’un transfert de licence de fabrication et de la fourniture d’équipements venant de France.


Il s’intègre dans un programme de renouvellement et de développement pressant de la flotte sous-marine indienne conventionnelle, jusqu’ici équipé de sous-marins russes (Kilo) et de U209 allemands ; ces derniers avaient été partiellement construits en Inde à l’aide d’un transfert de technologie dans les années 1990 vers le chantier MDL. La marine indienne développe par ailleurs une force océanique stratégique au travers du programme ATV (Advanced Technology Vessel).

Le contrat Scorpène P75 a été notifié à Naval Group fin 2005 pour un montant de l’ordre de 1 Md€ et consiste principalement en un transfert de technologie de construction par Naval Group et la fourniture d’un système de combat qui implique plus spécialement Thales et Safran, en tant que sous-traitants de Naval Group. Le calendrier initial prévoyait une mise en service, commissioning, du premier sous-marin fin 2012 et la livraison d’un sous-marin par an ; la complexité du projet fait que le Kalvari, premier de série, fut mis en service en septembre 2017 et le SM2 Kanderi fin 2019. A ce stade, le commissioning du dernier sous-marin est envisagé mi 2024.

Admission au service actif du Khanderi le 28 septembre 2019 (crédit photo Naval Group)

La complexité de ce projet repose plus particulièrement sur le fait que la construction du premier de série s’est faite directement sur le chantier du client (MDL), contrairement à d’autres transferts de technologies précédents. En effet, la construction du premier de série en France, associée à la formation in situ des cadres et ouvriers du client, est généralement privilégiée pour permettre d’effectuer un On the Job training des plus pertinents. De plus, le chantier MDL était en charge de l’approvisionnement de la majorité des équipements, hors système de combat. Bien évidemment, l’assistance technique, contractuelle, de Naval Group a permis de soutenir MDL dans l’appropriation des mé

thodes de construction sans oublier un soutien fort sur le processus d’approvisionnement d’équipements, des plus complexes jusqu’aux accessoires, et in fine de l’acceptation technique des deux premiers sous-marins. Au-delà des difficultés inhérentes à un tel projet, ce transfert de technologies est réellement un succès industriel, car très peu commun. Ce programme a également été marqué par des efforts conséquents de Naval Group pour aboutir à une production partielle locale de certains équipements.

Depuis 2005, la DGA joue un rôle actif pour soutenir le programme dans le cadre d’un arrangement technique qui lie les ministères français et indien de la Défense. Ce soutien se base principalement sur les réunions de niveau « gouvernerment à gouvernement », qui sont alimentées par des réunions régulières associant l’Indian Navy, la DGA, MDL, Naval Group, et en tant que de besoin les principaux équipementiers français. Ces dernières réunions se focalisent sur l’avancement du programme, et ses problématiques autant techniques que contractuelles.

Dans la continuité du programme P75, l’Indian Navy a lancé, sous couvert d’une procédure Strategic Partners, un projet d’acquisition de 6 nouveaux sous-marins classiques. Après un premier RFI (Request for Information) transmis en 2017 à divers OEM (Original Equipment Manufacturers) étrangers, le gouvernement indien a publié début juillet 2019 l’Expression of Interest (EOI) vers les candidats Strategic Partners, chantiers navals indiens, ainsi que l’EOI vers les industriels étrangers OEM. En juin 2020, le MoD indien a officialisé la liste des candidats OEM retenus pour la suite du processus. Il s’agit de Naval Group, TKMS (Allemagne), Rosoboronexport (Russie), Navantia (Espagne) et DSME (Corée du Sud). Le rôle de l’OEM est de proposer un design et s’assurer le transfert de savoir-faire vers le Strategic Partner qui sera retenu pour développer et construire les sous-marins en coopération avec l’OEM. Le RFP vers les deux Strategic Partners officiellement retenus MDL (P75) et Larsen & Toubro pourrait être lancé au troisième trimestre 2020, charge à eux de négocier avec les candidats OEM de leur choix pour faire in fine une offre. Le futur contrat de sous-marins indiens impliquera de la production locale et sera caractérisé par un transfert de technologies et de production significatifs.

Dans le même temps, les sous-marins Scorpène P75 rentrent activement dans leur cycle opérationnel, ce qui fait naturellement émerger des échanges complémentaires sur leur Maintien en condition opérationnelle, thème primordial dans la préparation d’un programme export.

 

 

 

Auteur

Michel CALEDEC, ICETA

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.