Retour au numéro
Vue 16 fois
01 juin 2017

HIL, L’AVENIR DES HÉLICOPTÈRES LÉGERS DE LA DÉFENSE

Les hélicoptères légers des armées sont une composante essentielle des opérations nationales et extérieures au quotidien. Leur diversité et leur ancienneté entraînent des complexités et des coûts qu’il convient de rationnaliser. Avec un remplacement visé à partir de 2024, le programme HIL a vocation à répondre aux exigences de polyvalence, de disponibilité et de complémentarité à un coût maîtrisé.


Le programme Hélicoptère Interarmées Léger (HIL) vise à remplacer 6 flottes (Gazelle, Alouette III, Dauphin, Panther, Fennec, Puma air) en service dans les trois armées pour près de 200 hélicoptères en service actuellement. Il devra assurer comme principales missions :
- la surveillance et la défense de l’espace aérien national dans le bas du spectre de vitesse et d’altitude (mission MASA) ;
- la participation à la surveillance de l’espace maritime et l’intervention en protection de la force navale et la lutte contre les activités illicites ;
- la participation à l’engagement d’une force aéroterrestre par des missions de reconnaissance armée, d’appui à l’engagement des unités aéromobiles (appui à l’engagement des hélicoptères d’attaque, escorte d’hélicoptères de manœuvre), d’infiltration d’équipes légères spécialisées et des forces spéciales ; - la réalisation de missions de secours, de transport léger et de soutien logistique ;
- la formation spécialisée des équipages des trois armées.
Complémentaire des flottes spécialisées NH90, Tigre ou Caracal, la flotte doit offrir une polyvalence pour les trois milieux d’intervention, les armements spécialisés et les objectifs propres à chaque armée.

Convergence interarmées et ingénierie système
Basés sur le besoin décrit dans l’objectif d’Etat-major de 2009, les travaux du stade d’orientation ont débuté en 2012 à la suite de la validation du dossier d’orientation. Ils se sont appuyés dès le début sur l’approche d’ingénierie système pour permettre la capture du besoin et une analyse convergente interarmées.
Ont ainsi été définies six grandes familles de scenarios, détaillés en treize missions couvrant les objectifs interarmées pour la flotte HIL. Ces missions ont ensuite étaient détaillées au travers de la conduite d’une analyse fonctionnelle et de la valeur, base du cahier des charges fonctionnelles du futur programme. Cette démarche a permis d’enchaîner avec la rédaction détaillée du besoin au travers de la fiche de caractéristiques militaires stabilisée. L’approche d’ingénierie système a conduit à définir les principaux points d’attention pour la conduite de l’opération, notamment les contraintes d’intégration d’armement (dont le missile ANL), de vitesse, d’autonomie et d’action coopérative au sein du dispositif opérationnel considéré.


EVALUER LES PERFORMANCES AU REGARD DE LA POLYVALENCE INTERARMÉES

Les configurations et les combinaisons générées sont nombreuses du fait des missions HIL à considérer et de la variété des équipements à intégrer.
Pour permettre l’évaluation technico-opérationnelle des différentes catégories d’hélicoptères, un outil de simulation a été développé en interne DGA en plus des études industrielles contractualisées. Il a permis, à partir de performances représentatives des appareils retenus, de déverminer les principales performances et limitations de ces derniers pour les 13 missions définies en différents points du globe. L’emploi de ces outils de simulation et l’intégration sur maquette numérique ont conduit à une meilleure compréhension des besoins essentiels des armées, ont participé de la convergence interarmées du besoin et ont fourni une expertise étatique complémentaire. Plus largement, cette prise de compétence en amont du programme s’avère pérenne pour l’approfondissement des travaux en élaboration et exploitable rapidement au profit du domaine des hélicoptères dans la perspective d’optimisation des effets opérationnels de la composante héliportée.


Militariser une base civile ou adapter des hélicoptères militarisés

Le document d’orientation a précisé que l’opération devait s’attacher à réaliser une acquisition patrimoniale soit par la militarisation d’un appareil civil, soit par l’adaptation d’un appareil militarisé existant, voire avec une approche mixte. Les options étudiées par l’équipe de programme intégrée ont recherché le meilleur compromis entre des flottes hétérogènes, situation historique actuelle, jusqu’à la possibilité de couvrir le besoin avec une fl otte constituée d’un type unique d’hélicoptère.
Les analyses se sont attachées à regarder, sur la base des hélicoptères disponibles à l’horizon 2019- 2020 les avantages et limitations des appareils de 3 à 6 tonnes. A partir du besoin exprimé par les armées, les performances et capacités requises ont permis un criblage des candidats des catalogues industriels d’Airbus/helicopters, de Leonardo (ex Agusta-Westland), de Sikorsky et de Bell.

Les critères principaux du choix pour le programme
Le dossier de choix validé en mars 2017 s’est attaché à hiérarchiser six grands éléments selon les options considérées :
- la réponse au besoin opérationnel, y compris en analysant des options plus modestes en performances ;
- le potentiel d’évolution de la flotte considérée : avec un déploiement à l’horizon 2024 et une exploitation supérieure à 30 ans, il convient de réduire le niveau initial des obsolescences et de s’assurer de la soutenabilité du support technique en utilisation ;
- la cohérence avec la politique technique et sectorielle nationale : prise en compte sur le HIL des dispositifs développés et orientations décidées par ailleurs au profit de l’action opérationnelle, dans le respect des contraintes nationales et internationales ;
- l’efficacité du soutien : dans la continuité des travaux sur la disponibilité des hélicoptères, les recommandations ont été prises en compte et leur applicabilité analysées selon le format de flotte considéré ;
- le coût d’acquisition : plateformes, équipements et système de soutien ;
- le coût global : synthèse sur plus de 30 ans d’exploitation selon le mode de soutien applicable et en comparaison du coût actuel de soutien des flottes anciennes du périmètre.
Le H160 pour répondre aux objectifs de polyvalence et de disponibilité
Pour les missions spécifiques aux Puma air, il est apparu nécessaire de prévoir l’acquisition complémentaire d’hélicoptères de manœuvre sur la base des flottes existantes à l’horizon considéré. Pour la majorité restante des missions, la synthèse de ces critères a conduit à privilégier le choix de la militarisation d’une plateforme civile unique de génération récente. Dans ce cadre, l’appareil Airbus/ helicopters H160 en cours de certification, avec deux prototypes déjà en vol, constitue la réponse adéquate aux différentes contraintes du programme HIL.
En effet il conjugue :
- le recours à une machine unique pour remplacer 6 flottes différenciées, soit une simplification conséquente de la gestion de configuration et logistique et un effet d’échelle majeur pour l’exploitation et le suivi en service de plus de 160 appareils ;
- un potentiel initial élevé à la mise en service opérationnelle du fait d’une certification CS 29 en cours, en application des références les plus récentes pour cette catégorie d’hélicoptère ;
- l’intégration anticipée des contraintes de maintenance grâce au retour d’expérience des utilisateurs des flottes militaires, pétrolières et parapubliques pour proposer des solutions modernes et respectueuses des contraintes d’emploi et d’isolement des futurs opérateurs ;
- une couverture adaptée du besoin exprimé, prenant en compte la polyvalence interarmées requise.
Enfin l’approche modulaire de la militarisation de cette plateforme assurera la diversité capacitaire et l’adaptabilité du HIL sur la base d’un H160M (M pour Militaire). Les travaux désormais engagés consistent à détailler les activités de développement et de production déclinées pour une base H160 pour préparer le lancement de la réalisation d’ici 2019.


Wilfried Wintrebert, IPA, Manageur HIL à la DGA
 Après des postes techniques sur les moteurs aéronautiques, une formation PENA et le suivi des exportations d’armement à la Direction du développement international, Wilfried Wintrebert a été architecte capacitaire « santé et NRBC » à la Direction de la stratégie. Il a intègré la Direction des opérations en 2013 comme manageur des hélicoptères légers, des études amont, puis du programme HIL.

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.