Retour au numéro
Les 7 premiers MOP en 1996 dans l’ordre : Bensussan, Gempp, Touffait, Marçais, Cazaban, Menez, de Dinechin - ©Collection particulière
Vue 34 fois
20 avril 2024

LE PROJET CŒLACANTHE
L'AVENTURE DES SNLE FRANÇAIS PUBLIÉE PAR LA SABIX

La SABIX (Société des amis de la bibliothèque de l’X) publie dans son dernier bulletin « Le programme Coelacanthe », une synthèse de 150 pages, allant du lancement en 1960 à la mise en service de la génération du Triomphant, d’un programme appelé à devenir plus que centenaire avec le SNLE 3G après 2075.


Pour conduire ce programme aux multiples sous-systèmes au départ entièrement nouveaux, l’équipe Cœlacanthe a été un échelon central de coordination, dirigé par le MOP, Maître d’œuvre Principal Cœlacanthe, capable d’arbitrer et de gérer en boucle courte les interfaces. L’histoire technique est décrite, avec des détails souvent méconnus, parc les acteurs spécialistes des sous-marins, des sonars, des missiles… connus des lecteurs de notre magazine : Jean-Louis Rotrubin, Jean Le Tallec, Philippe Roger, François Lefaudeux, Alain Tournyol du Clos, Daniel Reydellet. Ces témoignages sont complétés par d’anciens responsables de la Marine, qui assurèrent à part égale avec les ingénieurs le succès de ce programme grâce à l’osmose entre les ingénieurs et les opérationnels. N’y manque que le développement des armes proprement dites. Un chapitre historique, écrit par René d’Ambrières, explique les déboires du Q244, coque initiale sous-dimensionnée et transformée ensuite en banc d’essais pour le lancement de missiles. Le planning comparatif établi par Bensussan entre le Redoutable et le George Washington, et entre l’organisation Cœlacanthe pour la France et le SpecialProject Office pour les États-Unis, montre brillamment que nous sommes à égalité !

Pour André Gempp, c’est le caractère transverse de cette organisation qui assuré son succès et sa longévité : « Il faut bien voir aussi que, quand on fait des programmes qui s’étalent sur des dizaines d’années, voire des vingtaines d’années, il n’est pas mauvais qu’une organisation échappe un peu à l’évolution des structures qui sont mouvantes, qui sont souples, les gens se réorganisant perpétuellement dans l’administration. Alors là, ça échappe à ce mouvement et ça crée une stabilité qui a été profitable ».

Ce bulletin pourra être commandé sur le site de la SABIX (sabix.org).

Auteur

Denis Plane, a commencé sa carrière sous le signe du naval à Toulon puis au STCAN. Passant par les missiles, le service technique des systèmes navals puis le service technique des technologies communes, il dirige la direction des programmes de la DGA jusqu’en 2003. Voir les 29 Voir les autres publications de l’auteur(trice)

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.