Retour au numéro
Vue 115 fois
01 octobre 2020

UN IA SUR SNA

À l’issue de la formation administrative et militaire des Ingénieurs de l’armement (FAMIA), j’ai eu l’opportunité rare d’effectuer mon stage opérationnel de trois mois au sein des forces océaniques et stratégiques de la Marine, et plus particulièrement d’embarquer sur sous-marin nucléaire d’attaque. Ce stage a couvert l’indisponibilité pour entretien (IE) du bâtiment, ainsi que la première partie de sa mission opérationnelle. J’avais déjà eu l’occasion de découvrir la Marine en stage de formation humaine et militaire en première année de l’X, mais c’est dans un monde complètement nouveau que je m’apprêtais à plonger.

 

 

 

Un IA sur SNLE : Les deux aussières de l’Inflexible

La veille du lancement de l’Inflexible (dernier SNLE lancé sur un plan incliné, en 1982), nous avons avec un ami toulon¬nais passé une partie de la nuit à en regarder les préparatifs. Les ouvriers étaient les héros du chantier, LEUR chantier, au bord des larmes d’émotion et de fierté. La retenue en acier commençait à être coupée au chalumeau, ne laissant bientôt qu’un mince crochet, qui cèdera à l’heure du lancement. Une solide aussière était reliée à un dispositif lourd pour ralentir la course du sous-marin une fois lancé. Nous constatons que l’aussière n’est pas reliée côté terre, elle est seulement posée sur le quai. Ignorants absolus et respectueux du travail, nous préférons nous taire. Et le lendemain, au lancement, l’Inflexible, sans frein, ira heurter le quai d’en face... ou plutôt la péniche placée là par précaution. Deux ans plus tard, j’assiste à bord à un essai de remorquage de l’Inflexible en rade de Brest, sous le contrôle de la commission des essais dont je fais partie. L’essai se déroule mal, et il faut se séparer de la lourde remorque, qui reste frappée au point d’étalingure. Une seule solution, peu élégante : un bosco la coupe à la hache, et la belle et longue aussière neuve est perdue, il ne nous reste plus qu’à en commenter le coût. DP

 

 


 

Tout l’enjeu de la navigation sous-marine tient au fait que la passivité des systèmes sonars utilisés ne donne pas de donnée de distance des bruiteurs détec­tés. Le sous-marinier est donc constamment contraint d’effectuer différentes méthodes de triangu­lation pour déterminer cette dis­tance, qui l’amènent à évoluer sans cesse. C’est une contrainte opérationnelle très forte, mais également un défi intellectuel pas­sionnant.

Les navires de classe Rubis, les plus petits SNA du monde, ont évolué au cours des années et des circonstances parfois tragiques… Certains locaux techniques sen­sibles sont par exemple devenus des postes de quart. Une multi­tude de systèmes informatiques prenant un espace très important et surtout non prévu à la concep­tion, ont été installés. Au bilan, du point de vue de l’encombrement, la situation est presque compa­rable aux récits des sous-mari­niers des FNFL, comme celui de notre Antique Étienne Schlum­berger (X36, GM)1 : dès lors que les vivres sont le facteur limitant l’autonomie du SNA, la nourriture non périssable est stockée ab­solument partout : sous les ban­quettes, derrière les cloisons, dans les faux-plafonds, sous les mate­las et jusqu’à la chambre du com­mandant. Dormir sur un sommier constitué de canettes de soda est une expérience intéressante. Dor­mir sur une « rance », sur un ma­telas disposé dans la manutention des armes, entre une torpille et un missile, en est une aussi.

L’autre particularité de la vie sous-marine réside à mon sens dans la connaissance technique approfondie que possède cha­cun des membres d’équipage du bâtiment. Tous, du matelot à l’officier, passent un examen sur l’usine électrique, la chauffe­rie nucléaire, le circuit d’huile, les circuits d’air sous pression, etc. Cette connaissance accumulée, loin d’être superflue, est vitale à la sécurité du bâtiment. Un sinistre bénin sur bâtiment de surface est souvent d’une extrême gravité sur sous-marin. Le moindre départ de fumée nécessite le passage de tous les personnels du bord sous masque à air respirable, de jour comme de nuit, et la sécurité du bâtiment tient à la capacité de n’importe quel membre de l’équi­page à effectuer des actions ré­flexes en un temps contraint.

Une période d’entraînement à la mer précède tout départ en mis­sion. Ces exigeantes semaines sont consacrées à la sécurité, puis aux opérations antinavires et anti-sous-marines (ASM). Lors de la MEC LAN (mise en conditions de lutte anti-navire), le sous-marin s’entraîne à déjouer l’inconfortable surveillance du couple FREMM/ NH90 ASM, alliant la puissance du sonar remorqué de la frégate à la quasi-ubiquité du sonar trempé d’un hélicoptère à l’autonomie in­comparable. Mais c’est lors de la MEC ASM que se révèle le coeur de métier de l’équipage du sous-ma­rin, qui lors de scénarii prédéfinis de plusieurs dizaines d’heures doit détecter, identifier et engager ficti­vement un autre SNA. C’est à un véritable duel à armes égales que se livrent alors les deux sous-ma­rins dont les signatures acous­tiques sont connues mutuellement.

Enfin, le bâtiment est prêt à par­tir en mission, une mission faite de collecte de renseignement, de coopération avec des bâtiments français où alliés, mais encore et toujours de formation de l’équi­page, responsabilité permanente de tous. Le lien à la terre, entrete­nu par une page A4 hebdomadaire relue par quatre personnes, se fait plus ténu et plus artificiel, et c’est alors que les apparences s’ef­fritent, que les relations humaines se font plus vraies et que les dis­cussions deviennent cathartiques. Les escales, rares et dans des endroits choisis, sont encore l’oc­casion d’éprouver l’extraordinaire esprit de cohésion de ces quatre-vingt marins, l’équipage étant logé dans un seul hôtel.

Au bilan, c’est l’équipage et tous les hommes qui le composent qui m’ont le plus marqué. Tous étaient incroyablement passionnés, prêts à prendre du temps et de l’éner­gie à expliquer et transmettre sans relâche le savoir technique et opé­rationnel acquis pendant des gé­nérations. J’ai été fier d’en faire partie, même brièvement, et ai pris conscience de ce que signifie effi­cacité collective.

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.