Retour au numéro
la promo IA2014 lors de la mission Jeanne
Vue 50 fois
01 mars 2023

ENTRE FASCINATION ET VOCATION

Les armes, cela fascine ! Si je n’en retenais qu’un exemple, voici trois fois en un an que des informations classifiées sur des équipements militaires sont divulguées sur la plateforme de jeu War Thunder. Après les manuels d’utilisation de plusieurs tanks en 2022, voici des manuels de chasseurs américains F15-E et F16. La motivation ? Rendre le jeu plus réaliste !


Mais d’une fascination à une passion, il y a du chemin. La fascination tient du fantasme, de l’absolu, du mythe du héros, alors que la passion constitue davantage une motivation intérieure, « intrinsèque ».

Choisir l’Armement correspond à un choix de vie plus engageant qu’un simple jeu d’arcades. Quels en sont les leviers ? Citons les quatre arguments présentés aux polytechniciens et autres diplômés durant la retape : concevoir des équipements de haute technicité, avec des moyens importants, pour donner une supériorité aux Forces et ainsi servir l’Etat… Il y a aussi les leviers par défaut consistant à choisir « comme les camarades » ou ne pas se « fermer de porte », entrer dans une « maison honnête ». Ils ne sont pas mauvais en tant que tels, la vocation de chacun se révélant lentement…

Les premières expériences permettent d’acquérir des compétences nouvelles, de découvrir de nouveaux domaines comme le management par exemple, et d’affiner ce qui nous plaît le plus. En se confrontant à la réalité des personnes, de la technique, de la finance et autres environnements, on « prend corps ».

Ces compétences viennent compléter le choix initial, ou parfois en soulignent les limites.
Les Japonais utilisent le concept d’ikigai pour définir ce qui serait le cœur de cible d’une vie réussie, à l’intersection de quatre domaines :
- ce que je sais faire, ou suis capable d’apprendre,
- ce qui me permet de gagner ma vie,
- ce qui est utile au monde,
- et ce qui me passionne.

Chacun pourrait faire sa propre évaluation des différents domaines, et de ce qui fait sens pour lui dans son activité. Pour les deux premiers, cela semble clair. Notre formation nous rend normalement aptes à acquérir des compétences, et le choix d’un corps permet aussi de gagner raisonnablement sa vie. Les deux autres sont moins évidents : selon l’échelle sur laquelle on se place, comment évaluer l’utilité pour le monde de la fabrication d’armes. Il est bien sûr légitime de défendre sa famille, son pays, et on peut aussi se référer aux cinq critères de la guerre « juste » de Thomas d’Aquin. Mais le monde possède aussi d’autres intérêts dans lesquels nous pourrions souhaiter nous investir, à un moment ou l’autre de notre vie.

Enfin, qu’en est-il de la passion ? De fait, ce qui occupe notre esprit, qui nous nourrit intérieurement, a quelque chose à nous apprendre. Pour l’explorer, voici quelques questions concrètes tirées du livre « A chacun sa mission », de Jean Monbourquette : de quoi j’aime parler ? Dans une librairie (même en ligne), vers quel rayon vais-je me diriger ? Qui sont mes héros réels ou imaginaires, ou encore, si je devais disparaître demain, quels seraient mes regrets ?

Les réponses que nous y apporterons peuvent nous guider sur la voie de notre vocation, ou dit autrement, vers le service que nous nous sentons appelés aujourd’hui à rendre dans le monde : ce peut être par exemple « faire aboutir une œuvre », « emmener des personnes plus loin », « donner les moyens de protéger », « organiser pour le bien commun », « créer de nouvelles solutions », etc. Elles définissent autant de profils différents, pourtant issus d’un même creuset, dont vous trouverez des exemples dans les pages de notre dossier.
Souhaitons à chacun d’écouter sa passion et de trouver son ikigai, de s’individuer dirait C.G. Jung. Mais d’après mon expérience de coach, si on ne l’écoute pas, elle se met à parler plus fort, et passe parfois par des manifestations physiques comme une dépression ou un burn-out, et nous n’avons alors plus trop le choix de temporiser. Et comme on dit pour la crise d’adolescence : « Si ce n’est pas 14-18, ce sera 39-45 ! »

Auteur

Rédacteur en chef du magazine des ingénieurs de l'Armement.
Coach professionnel certifié et accrédité "master practitioner" par l'EMCC.
Fondateur de Blue Work Partners SAS qui propose :<br>
- Formation au leadership
- Coaching de dirigeants
- Accompagnement d'équipes projets
X84, ENSTA, coach certifié IFOD,
Auteur du guide de survie du chef de projet (Dunod 2017).
#coaching #grandsprogrammes #DSI #conseil #startup #leadesrhip
Voir les 51 Voir les autres publications de l’auteur(trice)

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.