Retour au numéro
GÉNIE MARITIME, X 54, IGA, ANCIEN PRESIDENT DE LA CAIA, CHEVALIER DE LA LÉGION D’HONNEUR ET DE L’ORDRE NATIONAL DU MÉRITE
Vue 17 fois
30 septembre 2020

JEAN LEFEBVRE DE LADONCHAMPS

Publié par Dominique de ROBILLARD, X74, président d'X-Mer | N° 121 - Sous-marins

Cette fin de juillet 2020, je suis informé par son épouse France-Marie que Jean, né le 31 août 1935 à Bar le Duc, nous a quittés le 29 juillet, rattrapé par le cancer après une rémission, à la suite du COVID.


Chercheur à Berkeley en génie nucléaire, ingénieur en constructions navales, directeur des études de l’ENSTA, puis tour à tour dirigeant en ressources humaines et conseil en recrutement, il acquiert très vite une expérience rare en science et ingénierie nucléaire, et la connaissance des hommes et des organisations, autant comme serviteur de l’état que professionnel reconnu par les entreprises. Secrétaire général de Framatome à 37 ans, il développe par la suite de manière originale et élégante des compétences peu communes. Cela le conduit par exemple à préfigurer l’Institut des Sciences de l’Action jusqu’en 1981 et s’associer dans les années 2000 à la construction de « l’Université » Movendi, laquelle développe les compétences d’ingénieur manager utiles à la dynamique et au rayonnement des organisations.

Associé de Jean pendant une douzaine d’années, de 2002 à 2014, dans cette affaire de conseil de direction que j’avais fondée (Movendi), je l’ai bien connu, notamment à l’occasion de nombreuses missions menées en commun, chez Orange, Alcatel, Siemens, Airbus Group/ EADS, Total, Voies Navigables de France, Port du Havre, ... Jean savait entendre les propos, fournissait des diagnostics précis, et étonnait ses interlocuteurs par son immense expérience des situations professionnelles et des compétences mises en jeu. Son empathie naturelle faisait le reste.

Jean fait ses études au Collège de Juilly, où se succédèrent nombre de célèbres personnalités, intègre l’Ecole Polytechnique en 1954, devient Ingénieur du Génie Maritime en 1959 puis part à Berkeley où il reste 4 années. De retour, il travaille au service technique des constructions navales sur les premiers programmes de sous-marins nucléaires comme ingénieur principal, puis au Centre de Prospective et d’évaluation en relation avec le Ministre Pierre Messmer, puis comme Directeur des Etudes de l’ENSTA. Peu après, il transmet ses connaissances techniques et publie un traité de génie nucléaire tout en rentrant chez Framatome où il sert comme Secrétaire Général.

Très curieux du monde, déjà fin connaisseur des ingénieurs et scientifiques et des organisations qui les emploient, il est alors chargé de plusieurs missions pour le Gouvernement : chargé de mission auprès du Premier Ministre Raymond Barre pour proposer le lancement d’un Institut des Sciences de l’Action, puis Directeur adjoint de l’Institut Auguste Comte jusqu’en 1981, ensuite Directeur du programme d’aménagement de la Montagne Sainte-Geneviève pour le compte de l’Ecole Polytechnique. Il alterne parlasuitedespositionsdechasseurs de tête (TASA International), et de direction de ressources humaines (SITA, maintenant groupe France Télécom / Orange Business Services) pour revenir au Conseil comme chasseur de têtes (Transearch) et conseil en ressources humaines.

L’attention qu’il portait aux autres le rendait naturellement très efficace dans le monde associatif comme administrateur impliqué. A l’AX, Vice-Président et responsable de la Caisse de Solidarité, orphelin luimême, il sut s’engager pour rendre aux autres ce qu’on lui avait donné. Président puis membre d’honneur de la CAIA, il participa très régulièrement aux activités (Conseil d’administration, Assemblée générale, colloque, gala, ...).

Je garde le souvenir d’un camarade reconnu, discret, précis et subtil, altruiste doué d’intelligence associative développée, passionné de pédagogie et de solidarité.

 

Auteur

Dominique de ROBILLARD, X74, président d'X-Mer

Articles liés par des tags

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.