Retour au numéro
Vue 69 fois
04 mars 2024

LE FACTEUR HUMAIN À LA DGA

Publié par Olivier GUELDRY (1974) et Nelly Chouvy, ICT | N° 131 - FACTEUR HUMAIN

Dans le monde des ingénieurs de l’armement, ceux qui sont passés par cette spécialité se comptent sur les doigts d’une seule main. Il est temps, dans une DGA innovante et qui s’oriente vers l’anticipation stratégique, de prendre en compte cet aspect de manière optimale. Soyons fous, il faut susciter des vocations et pourquoi pas des parcours atypiques : incitons de jeunes IA à faire une thèse en sciences cognitives et à commencer leur carrière dans le métier « sciences de l’homme » (SH).


Je vais être franc, je n’ai pas découvert le métier SH en prenant le pôle « sciences de l’homme et protection » (SHP), ni en arrivant à l’UM NBC il y a des années, quand j’ai eu à piloter les études amont du domaine, sur des sujets aussi inhabituels que la préparation d’un programme d’études amont (PEA) Design, une étude sur la féminisation dans les Armées, ou bien la définition d’outils de mesure de l’ergonomie avec Nelly Chouvy avec qui je coécris cet article. J’ai découvert l’ergonomie en centre technique, au cours de l’évaluation d’un logiciel de simulation : quand vous tentez d’évaluer une technologie, et que l’interface est mal pensée, qu’évaluez-vous réellement au final ?

Il faut fournir les forces

Que pensent les utilisateurs opérationnels de la facilité d’emploi des systèmes, de l’aide apportée, et pourquoi pas de la fierté ressentie à piloter un « bel avion » ? Le facteur humain, c’est tout ça. Le pilote ne sait pas ce qu’il y a dans la boite : ce qu’il voit, c’est l’écran, les commandes, et au final le résultat satisfaisant... ou pas. Ce qui cadre, c’est le DORESE « Doctrine – Organisation-Ressources Humaines et Formations – Equipements – Soutien – Entraînement », un acronyme simple et efficace pour aborder le lien entre performance humaine et technique

nécessaire à la réussite de la mission. L’ergonome, aux côtés des Forces Armées et dans le dialogue avec les concepteurs jusqu’à la livraison du système, s’inscrit dans ce cadre particulier de recherche d’adaptation des systèmes aux besoins et capacités de leurs utilisateurs.

 


Simulateur SISPEO postes opérateurs des véhicules GRIFFON et SERVAL (ADT)

La difficulté majeure

Cette science « molle », comment en faire une spécification ? Comment évaluer la qualité ergonomique d’un système, comment mesurer cette sensation de satisfaction ou de frustration intangible ? C’est possible : les champs de l’ergonomie organisationnelle, physique, cognitive et logicielle

regroupent les savoirs et savoir-faire pour une conception centrée utilisateur dans les contrats avec les industriels de défense. En cas de rupture organisationnelle, de concept d’emploi ou technologique forte, cette démarche doit intervenir le plus en amont possible, dès les études de faisabilité, pour ne pas rater les grands enjeux de l’acceptabilité de la transformation et la mise en place d’outils de levée de risques. Les simulations avec homme dans la boucle en vue de recommandations Facteurs Humains pour la conception des systèmes nécessitent un temps de développement, la conduite d’expérimentations et sont incontournables dès lors que l’efficience

cognitive et collective sont questionnées. Aborder une situation de travail future probable avec un nouvel assistant virtuel ne se décrète pas ! Accepter le dialogue avec une IA qui bredouille puis qui se débrouille nécessite ce dialogue entre l’homme et la machine pour esquisser la collaboration en situation opérationnelle future simulée.

Les moyens

Quarante spécialistes de ces disciplines répartis dans quatre centres techniques de la DGA en France mettent en œuvre des outils et méthodes efficaces pour spécifier et évaluer l’opérabilité, la maintenabilité et la maîtrise du Facteur Humain dans les systèmes dans le cadre de « Groupes de Travail utilisateurs » contractualisés.

Simulateur SCAF (système de combat aérien futur)

Simulateur SCAF (système de combat aérien futur)

Alors ?

Dans la DGA d’Impulsion, le métier SH n’a pas la prétention de tout faire, mais d’intervenir sur les bons sujets et aux moments les plus critiques. Il faut être présent sur les programmes à effet majeur (PEM) les plus emblématiques, parce que s’ils ne conviennent pas à la fin, c’est toute la DGA qui en pâtira. Il faut être présent là où les esprits éclairés comme toi, cher lecteur, le demanderont. On ne pourra pas être tout le temps là, l’idée est de l’être suffisamment pour que l’industriel ne baisse pas la garde en ergonomie. Et pour le numérique, qui a certainement le plus de projets, il faut un ergonome aux rendez-vous critiques, parce qu’il ne pourra pas suivre les runs avec le product owner, mais il doit être là aux validations intermédiaires. Rassurez-vous si on ne vous a pas convaincu : on n’a pas assez de ressources pour vous courir après. Mais on essaiera de répondre au plus de sollicitations possibles.

 

 

IMERSIV à DGA Techniques Terrestres est un outil phare d’expertise du métier pour l’évaluation des aménagements des postes et locaux de travail dans les porteurs terrestres. Cet outil permet de conduire des revues d’aménagement détaillées de véhicules ou shelter en trois fois moins de temps qu’auparavant grâce à la matérialisation des zones d’atteintes de la population utilisatrice et l’inspection ergonomique en 3D directement réalisable en réalité virtuelle dans le modèle CAO industriel par les spécialistes en ergonomie et les usagers. Les industriels en redemandent, ils ont eux-mêmes proposé de recourir à l’outil de la DGA pour cette levée de risques en amont sur un engin d’aide à l’engagement.

 

 

 

 

 

Photo de l auteur
Olivier Gueldry, ICA

Après un début de carrière dans le NRBC en Essonne puis à l’UM NBC, et un parcours par l’innovation (SRTS, AID, EMA/COCA), Olivier Gueldry est actuellement responsable du pôle « sciences de l’homme et protection » (SHP) de la DGA.

Photo de l auteur
Nelly Chouvy, ICT

Nelly Chouvy est ergonome de formation. Après une expérience de l’intégration des Facteurs Humains dans les systèmes navals militaires, elle est actuellement responsable du segment d’ingénierie et du métier « Sciences de l’Homme » à la DGA.

Auteurs

Nelly Chouvy, ICT

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.