Retour au numéro
Chargement à Toulon sur FREMM en décembre 2023 d’un missile Aster rénové « MLU » dans son conteneur. ©MinArm/Service Interarmées des Munitions (SIMu)
Vue 22 fois
10 avril 2024

SÉCURITÉ EN MER ROUGE
LES PROGRAMMES OCCAR DANS LE FEU DE L’ACTION

Avec seulement 400 agents répartis au sein d’un bureau central à Bonn et de divisions de programmes implantées en France, Allemagne, Italie et Espagne, l’OCCAR est une organisation internationale de conduite de programmes d’armement en coopération qui gèrera bientôt plus de 20 programmes et un portefeuille de contrats valorisés à la hauteur de 100 milliards d’euros. Si la complexité des systèmes d’armes développés s’ajoute à la complexité inhérente aux processus de coopération, les équipements fournis aux Forces Armées n’en sont pas moins d’une redoutable efficacité dans la conduite des opérations militaires.


Les frégates FREMM

Le 9 décembre 2023, alors qu’elle patrouillait en mer Rouge pour assurer la sécurité maritime et le respect du droit international, la frégate FREMM Languedoc de la marine française a engagé ses capacités de défense aérienne en abattant avec des missiles Aster 15 deux menaces venant des côtes du Yémen qui se dirigeaient droit sur elle. Deux jours plus tard, la frégate a également intercepté et détruit un drone menaçant directement le pétrolier norvégien Strinda. La FREMM s’est ensuite positionnée pour protéger le navire concerné, empêchant son détournement. Une action que le président de la république a qualifié « d’efficace » lors de ses vœux aux armées du 19 janvier 2024, rappelant que la Languedoc avait « ouvert le feu contre les missiles et drones Houthis, signe d’une détermination sans faille ». La FREMM Languedoc avait depuis repris sa patrouille pour continuer de protéger les voies maritimes, renforcée par l’arrivée sur zone le 20 décembre de la FREMM Virginio Fasan italienne.

Ce bâtiment est la troisième frégate de classe Aquitaine fournie par l’OCCAR à la Marine Nationale française au sein d’un ensemble de livraisons qui sera porté à 18 frégates pour la France et l’Italie en 2025, en plus des quatre FREMM vendues à l’Égypte et au Maroc. La FREMM Languedoc, comme les 3 autres premières unités de la classe, dispose d’une capacité d’engager 16 missiles Aster 15 pour la défense anti-aérienne.

Les deux suivantes peuvent engager indifféremment de l’Aster 15 ou Aster 30 là où les deux dernières FREMM produites pour la France, à capacité de défense aérienne renforcées (FREMM DA Alsace & Lorraine), ont une capacité doublée (32 missiles) d’Aster 15 ou Aster 30. L’Alsace vient d’ailleurs de rejoindre la Méditerranée orientale fin janvier pour y muscler le dispositif de la Marine nationale.

 

Les systèmes de défense anti-aérienne PAAMS

À la suite de ces interceptions réussies de l’Aster 15, le destroyer Type 45 HMS Diamond de la Royal Navy britannique a contré le 16 décembre 2023 une nouvelle attaque aérienne lancée depuis le Yémen visant un navire marchand, en utilisant la capacité de défense aérienne de son système Sea Viper PAAMS(S).

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2024, le HMS Diamond et les navires de guerre américains ont repoussé la plus grande attaque des Houthis en mer Rouge à ce jour comprenant 18 drones porteurs de bombes, deux missiles de croisière anti-navire et un missile balistique anti-navire. Le HMS Diamond a détruit 7 des 18 drones porteurs de bombes, le secrétaire à la défense britannique ayant précisé que cette neutralisation s’était faite au travers de la mise en œuvre des canons et des missiles PAAMS(S) Sea Viper Aster du destroyer. De même, le HMS Diamond a intercepté le 27 janvier une nouvelle attaque de drone porteur de bombe qui le visait directement, grâce au missile Aster de son système Sea Viper.

Photo en passerelle lors de l’engagement missile du Sea Viper du HMS Diamond le 16/12/2023. ©UK MOD/Crown copyright 2023

Photo en passerelle lors de l’engagement missile du Sea Viper du HMS Diamond le 16/12/2023. ©UK MOD/Crown copyright 2023

Ce système d’armes PAAMS a été développé par l’OCCAR pour fournir des capacités navales d’autodéfense et de défense locale et de zone pour les quatre frégates françaises et italiennes de type Horizon (PAAMS(E)) et les six destroyers britanniques de type 45 de la Royal Navy britannique PAAMS(S). D’ailleurs, la frégate italienne Caio Duilio de type Horizon équipée du PAAMS(E) a rejoint la Mer Rouge début février pour y mettre à contribution ses 48 missiles de défense anti-aérienne dans le cadre de la nouvelle mission de protection navale européenne en mer Rouge « Aspides » rassemblant la France, l’Italie, l’Allemagne et le Danemark en parallèle de l’opération « Prosperity Guardian » sous commandement américain.

La famille de missiles intercepteurs Aster

Tous ces systèmes reposent en effet sur les intercepteurs antiaériens Aster 15 et Aster 30 également développés par l’OCCAR à travers le programme FSAF qui dispose également d’une déclinaison terrestre avec le système SAMP/T « Mamba » livré à l’armée de l’air et de l’espace française et à l’armée de terre italienne et dont la nouvelle génération SAMP/T NG sera également livrée à l’armée de l’air italienne.

Après plus de 1000 missiles déjà livrés depuis 2002 : le carnet de commandes de la famille Aster comprend notamment plusieurs centaines d’exemplaires du nouvel Aster 30 Block 1 New Technology (B1NT) au profit de six forces armées (armée de l’air française, marine française, armée de terre italienne, marine italienne, armée de l’air italienne, marine britannique). L’OCCAR conduit en parallèle un programme « MLU » (Mid-Life Update) de rénovation mi-vie du missile et de ses composants pyrotechniques, dont les premiers exemplaires ont été livrés aux forces armées fin décembre 2023.

Impact direct Aster vu par imagerie infrarouge, extrait vidéo « Sûreté maritime en mer Rouge » du 28/12/2023 © MinArm/État-Major des Armées

Impact direct Aster vu par imagerie infrarouge, extrait vidéo « Sûreté maritime en mer Rouge » du 28/12/2023 © MinArm/État-Major des Armées

 

À cela viennent s’ajouter les programmes de modernisation des systèmes d’armes, que ce soit au travers de l’OCCAR pour la rénovation franco-italienne du PAAMS(E) des frégates Horizon elles-aussi rénovées, ou au travers de contrats nationaux tel que celui notifié par le Defence Equipment & Support (DE&S) britannique le 21 janvier 2024 pour la modernisation de la conduite de tir PAAMS(S) complétant les travaux anticipés par l’OCCAR dès décembre 2022 pour la création d’une déclinaison navale du missile Aster 30 antibalistique (Block 1).

Les avions de transport A400M

Parallèlement, l’armée de l’air et de l’espace française a organisé dès le début des attaques en mer Rouge le transfert efficace de munitions Aster 15 depuis la France métropolitaine vers la base aérienne de Djibouti (BA188) grâce aux capacités inégalées de l’A400M. Cela a permis aux frégates de durer à la mer en profitant de ces capacités d’aérotransport pour recouvrer une allocation nominale de munitions et continuer leurs missions de protection sans devoir revenir à leur port d’attache.

L’A400M est en effet un avion véritablement polyvalent spécialement conçu pour ses performances tactiques et sa capacité à transporter des charges lourdes sur de longues distances, avec désormais 120 avions livrés depuis 2013. La base aérienne 123 d’Orléans-Bricy a d’ailleurs reçu le 12 janvier 2024 son 23e exemplaire, doté comme son prédécesseur de capacités étendues en termes de ravitaillement en vol des hélicoptères ou de largage de chuteurs opérationnels à très grande hauteur.

Sortie de soute A400M pour les munitions Aster sur la BA188 ©MinArm/Armée de l’Air & de l’Espace

Chargement à Toulon sur FREMM en décembre 2023 d’un missile Aster rénové « MLU » dans son conteneur. ©MinArm/Service Interarmées des Munitions (SIMu)

Sortie de soute A400M pour les munitions Aster sur la BA188 ©MinArm/Armée de l’Air & de l’Espace

Ayant démontré sa capacité à s’adapter aux besoins des pays coopérants et à mettre en œuvre des procédures éprouvées et réactives, l’OCCAR fournit donc des systèmes d’armes qui jouent un rôle décisif pour les forces armées. Gageons que les équipements qu’elle livre, soutient, livrera ou fera évoluer de façon incrémentale inciteront les nations à toujours plus de coopération car si :

seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Auteur

Articles liés par des tags

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.